La prison où Oscar Wilde fut enfermé pour son homosexualité lui rend hommage

Antoine Oury - 16.09.2016

Edition - Société - Oscar Wilde prison - Oscar Wilde homosexualité - Oscar Wilde prison


La prison de Reading, non loin de Londres, rend un hommage à Oscar Wilde, emprisonné à cause de son homosexualité. Jusqu'au 30 octobre, artistes et écrivains, dont Nan Goldin, Marlene Dumas, Ai Weiwei, Steve McQueen ou encore Patti Smith se succéderont dans les locaux de l'établissement désaffecté depuis 2013.

 

Reading Gaol

La prison de Reading (Andrew Reid Wildman, CC BY-NC 2.0)

 

 

Pendant 2 ans, Oscar Wilde fut enfermé dans une cellule froide et exigüe de la prison de Reading, condamné pour « grave immoralité » en raison de son homosexualité. Entré en 1895, sorti en 1897, l'écrivain irlandais restera profondément marqué par son séjour dans les geôles de Reading : il écrira en prison De Profundis, longue lettre à son amant, puis La Ballade de la geôle de Reading en 1898 depuis la France, où il s'était exilé, et mourra en 1900 à Paris.

 

Wilde dénoncera à plusieurs reprises les conditions de détention au sein de Reading : enfermé 23 heures par jour, il n'avait le droit de poser le pied dehors qu'une heure, sans aucun contact humain. « Les conditions sanitaires déplorables » le révoltent tout particulièrement, et il les dénonce violemment dans une lettre au directeur de la rédaction du Daily Chronicle, un quotidien britannique.

 

« Inside: Artists and Writers in Reading Prison » paiera une sorte de tribut à la mémoire de l'auteur en investissant la prison désaffectée de Reading : mis en place par le duo Artangel, spécialisé dans l'investissement de lieux inattendus avec l'art, l'hommage rassemble expositions et performances, tandis que le public, pour la première fois, pourra visiter l'établissement.

 

« Nous nous sommes dit que si nous avions l'opportunité de faire un projet ici, nous devions penser consciencieusement à la manière dont nous pourrions le faire : il ne s'agissait pas d'en faire une expérience sensationnelle, mais d'essayer de réunir un groupe d'artistes qui pourraient faire écho à ces lieux », explique James Lingwood, codirecteur d'Artangel.

 

Télécharger les oeuvres d'Oscar Wilde

 

 

Seule une centaine de visiteurs sont autorisés par heure, pour préserver le lourd silence qui emplissait la prison lorsqu'elle était occupée par des détenus. Si les œuvres — des peintures, des vidéos ou des enregistrements de lecture à voix haute — sont réparties dans toute la prison, la cellule de Wilde en est totalement dénuée, et seuls quelques ouvrages ont été déposés dans le petit espace, ceux que l'auteur avait réclamés : des volumes de saint Augustin d'Hippone, de Pascal, ainsi que des recueils de poésies de Keats, Wordsworth et Hafez, poète persan du XIVe siècle.

 

 

via NY Times