La procédure d'appel lancée par Alain Soral considérée comme irrecevable

Cécile Mazin - 21.01.2015

Edition - International - Alain Soral - livres racisme - censure publication


Condamné en première instance par le tribunal de Bobigny, Alain Soral avait porté l'affaire en appel, et la cour a déclaré nulle la procédure. L'un des ouvrages avait été interdit pour antisémitisme, et quatre autres censurés pour des raisons similaires. La Licra, opposée à Soral dans cette histoire, a donc obtenu gain de cause, pour des imprécisions dans la rédaction de l'appel. 

 

 

 

 

En juin 2013 dernier, la Licra avait estimé que les titres qu'il avait fait paraître « constituent un mode d'expression outrageant et méprisant à l'égard de l'ensemble des personnes d'origine ou de confession juive », « incitent à l'antisémitisme et au négationnisme » et « causent à l'ordre public un trouble manifestement illicite ». Une procédure était entamée et mi-novembre, le tribunal condamnait donc l'écrivain à verser un montant de 8000 € à la Licra, et à rembourser une partie des frais de justice engagés.

 

Les ouvrages en cause étaient publiés par la maison Kontre Kulture. La France juive, d'Édouard Drumont, Le salut par les juifs de Léon Bloy, Le juif international d'Henry Ford ainsi que La controverse de Sion, de Douglas Reed, édités par les soins de Soral, devaient être modifiés en substance, pour répondre à la législation.

 

Quant au livre de Paul-Eric Blanrue, L'anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme, paru en 2013, il devait être retiré de la vente un mois après le jugement. Toutedois, début décembre, le TGI de Bobigny revenait sur la décision, déboutant la Licra de la demande d'interdiction, et de dommages-intérêts.

 

Dans la procédure d'appel, la cour a relevé plusieurs problèmes dans la rédaction de la procédure, qu'avait pointés le plaignant. Ainsi, le nom véritable de l'essayiste, Bonnet, n'était pas présenté, et la demande était formulée au nom de Soral. De même, le nom et l'adresse de la maison d'édition étaient incorrectement présentés.