La prochaine librairie d'Amazon s'ouvrira à Chicago en 2017

Nicolas Gary - 27.08.2016

Edition - Librairies - librairie Amazon Chicago - ouverture librairie Amazon - Chicago libraire 2017


Depuis le 24 août, les panneaux annonçant le début des travaux sont largement visibles. L’inauguration d’interviendra toutefois pas avant 2017, sans date plus précise, mais ce sera bien la quatrième librairie du géant Amazon. La boutique sera située au 3443 N. Southport Avenue, rapporte la presse. 

 

 

Une porte-parole de la firme n’a fait que confirmer les suppositions : « Nous sommes ravis d’installer un Amazon Books à Southport, dans la ville de Chicago », assure Deborah Basse. C’est à l’automne dernier que l’entreprise avait ouvert son premier établissement, dans la ville de Seattle. Deux autres ont été confirmés par la suite : Chicago sera donc la quatrième destination.

 

Et le modèle sera totalement identique à ce qui est déjà proposé : des livres, principalement des best-sellers, affichés au même prix de vente que celui pratiqué sur le site internet. « Au cours de ces premiers temps, l’objectif est plutôt d’apprendre que d’essayer de réaliser un maximum de chiffre d’affaires », assurait Bezos à ses actionnaires en mai dernier, évoquant la question de ces librairies.

 

C’est aussi une tentative consolidée de la firme, qui cherche à explorer différentes pistes pour assurer une représentation physique de sa marque. Les librairies Amazon font partie directement de la stratégie que le grand patron a fait valoir. Cependant, le nombre d’espaces qui assureront cette visibilité n’a jamais été discuté.

 

Mi-juin, Amazon avait confirmé l’ouverture à Portland de sa troisième librairie, sans dévoiler de date non plus. La deuxième est prévue à San Diego.

 

La romancière Ann Patchett, qui avait ouvert Parnassus Books à Nashville, voilà près de cinq ans, n’avait pas spécifiquement un regard tendre sur ces endroits : « Les gens ne vont pas dans la librairie d’Amazon pour le plaisir. Le modèle est utilitaire, impersonnel et froid. Et avec la montée du Kindle, les clients risquent de perdre le contact avec le cœur de l’industrie du livre. »

 

Rappelons que les librairies Amazon n’en ont finalement que le nom : les espaces servent avant tout de vitrine physique pour valoriser le travail opéré en ligne. Ainsi, on trouve les commentaires des internautes qui alimentent le réseau social de lecteurs Goodreads – propriété d’Amazon. 

 

Quant aux spéculations, elles vont toujours bon train, sur l’hypothétique implantation de l’entreprise à New York. Quoiqu’il en soit, et où que ce soit, l’expansion promise continue.