'La publicité peut être nécessaire pour sauver l'édition de livres'

Clément Solym - 19.08.2010

Edition - Société - publicité - payer - livres


Soit deux choses : d'abord les prix des lecteurs ebook qui chutent, ensuite le prix des livres numériques qui ne décolle pas - le contrat d'agence, belle utopie... Mais alors d'où va venir l'argent ? Aucun souci, de là où on ne l'attend pas.Ou plutôt de là où on le redoute : la publicité.

Tout le déferlement technologique qui s'est abattu sur l'édition depuis ces dernières années - laquelle n'avait rien demandé, et s'en tirait très bien avec son papier - s'est accéléré. Non pas technologiquement, mais dans les tarifs de vente des appareils. iPad, Kindle, Nook, Sony, une la cascade qui ne s'arrêtera pas, puisque la fin de l'année nous réserve des surprises. Ensuite, Google Editions, la librairie arrive, ça, c'est le côté logiciel...


Bref, dans un contexte où les ventes ne montent pas vraiment et que la tendance est à la stagnation pour les revenus, que les coûts de production augmentent - il faut produire du papier et du numérique désormais - alors, comment gagner de l'argent, lorsque l'un est vendu 25 $ et l'autre 9,99 $ ?

Historique de la publicité !

Mais alors quid de la publicité dans les livres ? Historiquement, si l'on en trouve dans les magazines, journaux et consorts plus que dans les livres, la raison n'est pas exceptionnelle. Les livres sont un mauvais outil pour la réclame, laquelle dépend du volume, de la rapidité de travail - et pour l'heure, le papier en est loin. Tant du côté volume que rapidité. Aucun livre n'excède le tirage d'un quotidien national, par exemple : s'il s'est vendu 1 million de Lost Symbol, le Wall Street Journal écoulerait deux fois plus d'exemplaires chaque jour. Et pour ce qui est des délais d'impression, la presse reste encore plus intéressante...

Mais plus forcément dans le monde numérique. Chez Apple, c'est déjà (presque) prévu, cela se nomme iAd et facilitera la présence de publicités dans les applications - donc pourquoi pas dans les livres ?  En outre, la connexion obligatoire, ou presque d'un lecteur ebook, d'un smartphone à internet fait que la mise à jour d'une annonce publicitaire se fait tout de même plus facilement... D'ailleurs, Google pratique déjà cela, puisque dans les recherches effectuées sur Google Books, on trouve de la publicité, les fameux Google Adsense.

Alors quel devenir pour le livre ? Bonne question : des ouvrages gratuits, payés par la pub ? La solution a été tentée en janvier 2009 par DailyLit, mais l'entreprise a été rapidement arrêtée, pour cause d'échec commercial flagrant. De la même manière, l'intégration de publicités par Yahoo! dans les fichiers PDF d'Adobe a été stoppée.

Sur le modèle de chapitres gratuits grâce à la pub, qui donneraient envie d'acheter la version sans pub ? Dans tous les cas, les maisons doivent envisager cette solution inévitablement, estiment M. Adner et Vincent, dans une tribune du Wall Street Journal.

« En fin de compte, la publicité sera un moyen de monétiser ce contenu le plus précieux de tous : le temps des consommateurs. Par une ironie flagrante, les progrès technologiques du XXIe siècle peuvent faire revenir les auteurs aux concepts du XVIIIe siècle, où ils étaient payés au mot. La publicité peut être nécessaire pour sauver l'édition de livres, mais elle ne sera plus jamais la même. »



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.