La publicité, relais de croissance d'Amazon contre Google et Facebook

Victor De Sepausy - 28.12.2017

Edition - Economie - Amazon Facebook Google - publicité internet Amazon - publicité sites internet


Le détaillant américain, qui ne rencontre que peu d’obstacles à son développement, table maintenant sur l’expansion de la publicité en ligne. Cette activité, actuellement construite en partenariat avec plusieurs opérateurs, devrait venir concurrencer directement Facebook et Google. L’année 2018 ne manquera pas de rebondissements. 


Baked Beans advertising
Mettre de l'ads dans les haricots ? nick farnhill, CC BY SA 2.0

 

 

Selon les dernières estimations du groupe Pivotal, Facebook et Google disposeraient de plus de 70 % du marché de la publicité en ligne. Et dans cette perspective, Amazon prendrait illico la troisième place avec 16 % de parts de marchés. Avec une attractivité toute particulière, puisqu’elle permettrait de mettre la pression sur les deux autres géants. 

 

Les annonceurs potentiels afflueraient tout naturellement vers un nouvel opérateur, estime-t-on, simplement pour apprendre la modestie aux concurrents. De ce fait, c’est une source de revenus encore sous-exploitée par la firme de Jeff Bezos, qui deviendrait un prochain relais de croissance.

 

Jusqu’à lors, la publicité, on n’en avait vu véritablement que sur les appareils Kindle : la présence d’un fonds d’écran publicitaire permettait aux clients de bénéficier d’une remise substantielle pour l’achat du lecteur ebook maison. 

 

Pour 2018, les deux grandes orientations seraient alors la vente de publicité pour la télévision et les mobiles, en partenariat avec plusieurs sociétés technologiques spécialisées. Des sources évoquées par CNBC avancent également qu’en interne, des recrutements sont en cours pour une division dédiée plus compétitive encore. 

 

Magna Global, cabinet spécialisé dans l’achat de publicité sur les médias assure que l’activité a représenté plus de 209 milliards $ à l’échelle mondiale en 2017. Et une croissance de 13 % est prévue pour 2018, portant les sommes à 237 milliards $. Les États-Unis restent cependant le marché le plus lucratif : les annonceurs ont investi 40,1 milliards $ au cours de l’année passée.

 

Il serait possible qu’Amazon ne dégage pas une véritable manne en chiffre d’affaires pour son activité publicitaire. D’ailleurs, le cybermarchand serait le cinquième plus important annonceur numérique du web. C’est avant tout sa position d’outsider qui séduirait un nouveau parc d’annonceurs. 

 

Pour exemple, Google, qui reste leader sur le marché des publicités liées à des résultats de recherche, verrait alors un Amazon gagner du terrain, avec la multitude de sites dont la société dispose. Le principe serait alors plus que simple : les entreprises payent pour que leurs produits sortent visiblement dans les résultats de recherche effectués. 

 

Sa capacité à prescrire de nouveaux produits, quand on est sur une page de son propre site, devient ainsi un argument particulièrement convaincant. 

 

10 années de bons et loyaux services du Kindle,
pour finir aux oubliettes ?

 

En décembre 2016, Amazon avait initié son projet Transparent Ad Marketplace, un modèle publicitaire reposant sur le cloud, qui permet aux entreprises d’acheter de la publicité en display sur une multitude de sites. Ce modèle d’enchères programmatique [NdR : un système entièrement automatisé] jouit ainsi de ce que la firme a déployé des services d’hébergement, et peut traiter avec une multitude de sites partenaires. 

 

À suivre...