La recette magique pour réussir un best-seller

Clément Solym - 31.08.2012

Edition - Société - best-seller - vente de livres - auteurs


La société Hiptype, une plateforme de données pour les maisons d'édition, vient de livrer un graphique révélant les clés du succès pour réaliser un best-seller. Enfin, presque. Dans un premier temps, recontextualisons. Si ce graphisme, détaillé, peut faire briller les yeux de certains professionnels et auteurs, n'oublions pas qu'il concerne le marché outre-Atlantique, et plus exactement américain. Alors à moins d'écrire pour les Etats-Unis, ce précieux outil ne satisfera que votre curiosité sur les moyens d'accès à la gloire de vos confrères.

 

 

 

 

Hiptype présente le phénotype (bien plus que l'ADN, ce dont parle la société) d'un livre à succès. C'est-à-dire qu'elle étudie tout ce qui peut toucher à l'environnement et à l'influence du livre. En examinant trois facteurs déterminants dans la fabrication d'un best-seller - à savoir le contenu, le genre, les habitudes de lecture -, la société dévoile les dessous cachés des plus grands succès.

 

Le contenu

 

Aux États-Unis, 82 % des e-lecteurs vivent en ville. On apprend que les meilleures ventes sont des ouvrages d'une moyenne de 375 pages. Tandis que les livres avec une héroïne sont 40 % plus susceptibles de devenir un best-seller, les hommes restent beaucoup plus sensibles aux romans qui disposent d'un protagoniste masculin. Enfin, honneur aux dames, qui sont 50 % plus aptes à finir un livre que les hommes.

 

Les genres

 

Le top féminin est, on s'en serait quasiment douté, la Romance. Suivi par la littérature générale et la fiction adulte. Les hommes préfèrent le genre historique et s'intéressent également à la littérature générale ainsi qu'à la science-fiction.

 

Le top des ventes de fiction, tout genre confondu, classe la littérature générale en tête (20 %), suivie de très près par la science-fiction (19 %). Les ouvrages religieux obtiennent (Fiction Chrétienne) 16 % des ventes, la romance 14 %.

 

Les habitudes de lecture

 

Pour réaliser un bon best-seller, il faut prendre en compte son public et ses habitudes. Ainsi, un livre sera lu plus rapidement par des lecteurs de moins de 40 ans, mais les plus de 40 ans resteront les plus assidus.

 

87 % des personnes lisant un livre de 300 pages le termineront, voilà donc une bonne moyenne qui rejoint d'ailleurs le pourcentage des meilleures ventes qu'on a vu ci-dessus (environ 375 pages). Au-delà, le lectorat commence à se fatiguer. Seulement 35 % seront susceptibles de terminer leur livre si celui-ci fait plus de 700 pages.

 

Le coût des livres

 

Les livres qui coûtent 0.99 dollar sont 12 fois plus vendus, assure Hiptype. Les livres qui sont vendus 7.99 dollars sont 5 fois plus lus, et les livres à 3.99 dollars sont ceux qui rapportent le plus. Il ne reste plus qu'à doser, mélanger, calculer, étudier, et voilà les auteurs autant que les éditeurs parés pour une nouvelle guerre des best-sellers.