La réforme Darcos reportée : le premier grand revers de Sarkozy ?

Clément Solym - 16.12.2008

Edition - Société - réforme - reportée - Darcos


La presse est unanime, ou presque : le report de la réforme est annonciateur de la fin de l'époque bling-bling, ou plus encore, de la parole magique de Nicolas Sarkozy. Si l'on parle de « reculade rapide » dans Le Télégramme, L'Humanité épingle bien plus sérieusement ce qui s'est déroulé : un véritable match de boxe, estime Jean-Paul Piérot, dont le premier round marque la victoire des lycéens, à « saluer ».

D'autres estiment que la Grèce est actuellement la raison de cette dérobade et dans la Chartente libre on évoque « le signe du pire des renoncements. Celui qui est dicté par la peur de la rue ». La Grèce ferait-elle peur à Nicolas Sarkozy et Xavier Darcos ? Ce n'est pas exclu, le président ayant déjà manifesté « un souci de prévenir ce genre de situation dans notre pays ».

Ce qui est de toute façon évident, pour Jean-Marcel Bouguereau, c'est que l'on « est loin du volontarisme réformateur, plus près du pragmatisme et de l'immobilisme », écrit-il dans La République des Pyrénées. L'Est républicain enfonce le clou et parle d'enterrement, voire de « tournant du quinquennat ». Et pour La voix du Nord, « c'est tout le programme de réformes encore à mener qui est fragilisé par ce précédent ».

Si la réforme s'impose, elle attendra, comme le précisait hier François Fillon. Selon lui c'est au Président d'imprimer un rythme, que donc, c'est à lui que l'on se fiera, et que désormais « on n'est pas à trois mois près ».