La réforme du lycée reportée agace les éditeurs de manuels scolaires

Clément Solym - 17.12.2008

Edition - Les maisons - réforme - lycée - éditeurs


Alors que Xavier Darcos annonçait le report de sa réforme sur le lycée, pour calmer le jeu, ce qui n'a évidemment pas eu de réelle incidence, le ministre a au contraire déclenché une vague de contestation... chez les éditeurs de manuels scolaires. Une récente étude était pourtant claire sur leur position : « Les réformes engagées, tant à l’école primaire en 2008 qu’au lycée en 2009 ont (ou auront) très probablement des conséquences sur la place des manuels scolaires, leur contenu, leur usage. »

Et voilà qu'en différant sa réforme pour 2010, Xavier Darcos fait tout bonnement exploser les prévisions des éditeurs qui s'étaient organisés pour que tout soit prêt dans les temps... c'est-à-dire à la rentrée 2009, pour les manuels de classe de seconde.

Et comme les nouveaux programmes auraient dû être dévoilés par le ministre hier, et que rien n'est venu, voilà une nouvelle qui « met un beau bazar dans les calendriers », nous confie un éditeur. « De même toute cette histoire de décalage d'une année, nous allons devoir nous adapter, de nouveau dans l'urgence, c'est pénible », poursuit-il.

Car si la décision émane d'une réflexion menée entre Nicolas Sarkozy et Xavier Darcos, les intéressés, qui fournissent les supports de cours essentiels tombent des nues à cette annonce. Ainsi, on gèle les nouvelles éditions, de même que l'on gèle les achats et on tape un grand coup dans la fourmilière, alors que toute l'organisation des groupes s'était déroulée dans la plus totale urgence.

Une catastrophe d'autant plus inquiétante que l'État devait débourser 45 millions € pour l'achat desdits manuels, une manne financière sur laquelle le monde de l'édition avait bien entendu compté. Une hausse de 30 % sur les années précédentes, mais qui devra attendre une année de plus. « Oui, le mot juste est bazar », conclut notre éditeur...