La région Bretagne soigne ses librairies indépendantes

Clément Solym - 02.01.2013

Edition - Librairies - librairies indépendantes - région Bretagne - subvention


La région Bretagne commence l'année avec une proposition de poids à l'intention des libraires indépendants, comme le rapporte Livre et lecture en Bretagne : ces derniers ont la possibilité de faire parvenir un dossier à l'administration afin de bénéficier d'une aide substantielle, destinée à les aider à assumer leur rôle d'acteurs culturels et sociaux.

 

 

 Librairie Villa Seurat

La librairie indépendante Villat-Seurat, à Pontivy, Rhian vK, CC BY 2.0

 

 

 La région Bretagne s'engage à aider des projets culturels, notamment ceux qui seront mutualisés entre les libraires indépendants. Alexandre Cavallin, de la librairie Port Maria, président de l'Association des Librairies indépendantes de Bretagne, nous confirme que le coeur de l'action régionale se situe bien sur ces actions de grande envergure, et pas sur le simple passage d'un auteur en dédicace dans une librairie.

 

Le libraire, qui va fêter sa 24e année à Quiberon, n'a personnellement jamais fait la demande pour cette aide mise en place depuis 2 ans. Mais, au sein des Libraires indépendants du Pays de Lorient (LIPL, qui rassemble 8 librairies), il peut témoigner de l'efficacité du travail de la région : « Sans cette subvention pour les projets culturels des librairies, nous n'aurions pas pu organiser le Salon du livre Santé et Bien-être », dont la première édition s'est tenue à Ploemeur en mai 2012.

 

Et, mieux encore pour les libraires indépendants, l'absence d'un minimum de chiffre d'affaires nécessaire. Les seules conditions étant l'implantation en Bretagne, l'indépendance, et la vente de livre au détail, avec un minimum de 3000 titres en stock. Pour la centaine de librairies indépendantes de la région vendant du livre neuf sur 250 établissements, voilà de quoi faire valoir une expertise et un désir de découverte de taille.

 

Subsiste tout de même un problème, reconnu par tous les libraires indés, malgré l'aide réelle apportée par l'administration pour la constitution des dossiers : le temps. « Qu'est-ce que nous, isolés dans nos librairies, pouvons-nous mettre en place ? Il faut surtout fédérer des acteurs qui, s'ils sont soumis à des modalités différentes, gardent un objectif commun » explique le responsable de l'ALIB en prenant comme exemple l'initiative d'une collègue, Gaëlle Pairel, qui a rassemblé tous les cafés-librairies de la région dans la coopérative CALIB.

 

Visiblement, la promotion du livre et de la lecture ne se fera pas au rabais...