Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

La rentrée Coquillages et crustacés : littérature sur des plages abandonnées

Béatrice Courau - 04.09.2017

Edition - Les maisons - plages coquillages vacances - crustacés sable vacances - littérature rentrée romans`


La rentrée des classes fait résonner dans toutes les écoles de France et de Navarre l’inénarrable cloche battant le rappel des élèves vers leurs enseignants. Et certains traînent encore, dans leurs baskets toutes neuves, un peu des dunes de leurs vacances. Et ce qui vaut pour les enfants vaut aussi pour les parents. Légèreté, mélancolie, aridités, pour chacun de quoi ériger ses propres chateaux en Espagne...


portiragnes plage
michel coiffard, CC BY SA 2.0

 

Passant au crible la rentrée littéraire, nous ne pouvions nous empêcher d'établir d'étranges correspondances entre titres ensablés et rivages lointains...

 

 

Chantal Thomas – Souvenirs de la marée basse 

 

On peut s’abandonner dans les vagues, et y découvrir, du côté d’Arcachon, le plaisir de la plage. Nager, pour se sentir vivant, et au contact de l’eau découvrir une autre sensualité. Nager, pour fuir cette nage entravée – celle de la passion maternelle pour la natation. Entre deux eaux, entre deux vies. Et toujours un texte guidé par l’envie d’évasion. « Femme libre, toujours tu chériras la mer », dirait-on.

 

Barlen Pyamootoo – L’île aux poissons venimeux 

 

Malgré le dépaysement que provoque l’éloignement, nul ne peut se fuir, en voyageant au loin. Sur l’île Maurice, le monde est peut-être un huis clos, mais ses détresses restent semblables, humaines. Trop humaines. Des désirs froissés, des amours qui s’achèvent comme l’eau s’efface sur le sable. Mais toujours laissant une trace, quand bien même elle serait invisible pour les yeux. Ah, tiens...

 

Claire Vaye Watkins — Les sables de l’Amargosa 

 

C’est un autre refrain que murmurent ici les dunes. « I wish they all could be California girls... » Mais l’eau a disparu dans ce monde frappé par la sécheresse. Le sable est synonyme de mort. Cette dystopie confronte les hommes, misérables créatures, au désert, que l’on fuit de toute force parce qu’il avance. Alors, un ailleurs, capable de faire rêver, même s’il faut en passer par la folie douce d’un chaman sourcier... Sans eau, que d’os...

 

Vincent Jolit  – Presqu’île 

 

Végétation luxuriante et couleurs à foison, quand bien même le soleil méditerranéen frappe fort. Quand on est cloué à un lit d’hôpital, il ne reste plus que les sensations de l’enfance pour se réapproprier un corps malade. Entre Marcel Proust et Pierre Bonnard, comment raconter l’histoire d’une grand-mère et tous ces trésors de l’enfance. Magnifiquement écrit.

 

Gilles Marchand – Un funambule sur le sable 

 

Stradi est né avec un véritable violon dans la tête. Cela ne s’invente pas. A la moindre émotion, le violon joue. Mais comment peut-on apprendre à vivre avec un pareil handicap. Quand certains n’ont plus assez de musique pour faire danser leur vie, Stradi, lui, en a bien trop. Il suffit parfois de rencontrer ceux qui sauront parler la même langue, jouer la même musique...

 

Pascal Morin – Une mer d’huile

 

La Côte d’Azur manquait à l’appel dans cette rentrée des plages. Roman de famille – ô combien ! – c’est un trio des plus étonnants qui va cohabiter. Trois générations, prises chacune dans une partie de la cellule familiale. Car entre la grand-mère, le père et le fils va soudainement jaillir une petite perle. De celles que l’on ne rencontre que l’été, dans un coquillage. Prisca aide aux taches ménagères... et vient perturber un rythme si tranquille.
 

 

    
  



Ne reste plus qu’à prendre ces lectures en main ou chanter, avec Brigitte Bardot
 

On a rangé les vacances

Dans des valises en carton

Et c'est triste quand on pense à la saison

Du soleil et des chansons

 

Chantal Thomas – Souvenirs de la marée basse – Editions Seuil – 9782021343151 – 18 €
Barlen Pyamootoo – L’île aux poissons venimeux – Editions de L’Olivier – 9782879293509 – 17 €
Claire Vaye Watkins, trad. Sarah Gurcel — Les sables de l’Amargosa – Editions Albin Michel – 9782226328588 – 23,50 €
Vincent Jolit – Presqu’île – Editions Fayard – 9782213704999 – 15 €
Gilles Marchand – Un funambule sur le sable – Editions des Forges de Vulcain – 9782373050288 – 19,50 €
Pascal Morin – Une mer d’huile – Editions du Rouergue – 9782812614378 – 13,80 €

 

Humeur et billets de la rentrée littéraire 2017


Rentrée littéraire 2017, la fashion week des libraires