La rentrée littéraire Denoël : enfances de pierre et dystopie de feu

Béatrice Courau - 16.08.2018

Edition - Les maisons - Rentrée littéraire 2018 - Programmes Denoël - Denoël RL 2018


Lors de la présentation aux libraires des titres de la rentrée de la diffusion CDE, Béatrice Duval, directrice générale des éditions Denoël, a pris la parole pour nous présenter les trois titres majeurs de la rentrée littéraire de la maison.

 



Italie, dans une vallée des Abruzzes, années 50. Anna Maria, jeune femme de 20 ans, élève, après le décès de sa mère, son frère cadet. La vie est rythmée par les tâches agricoles et domestiques, au gré des saisons, aux côtés d’un père brutal. À la faveur d’une promenade dans les bois, un bruit l’effraie soudain, une ombre passe, elle s’enfuit. Elle y revient pourtant, et croise un vagabond étrange, hirsute, qui ne parle pas sa langue. C’est un Allemand qui se cache, pensant que la guerre n’est pas terminée.

 

Ces deux grands solitaires vont se rencontrer et vivre une histoire d’amour : naîtra Magnifica, ange blond aux yeux bleus. D’« extraordinaires descriptions, des sens, de la nature, des odeurs, des couleurs, des textures », une écriture « formidable, entre Histoire et poésie mélancolique » place le texte de Maria Rosaria Valentini « dans la lignée du Soleil des Scorta, de Mal de pierres ou de L’élégance des veuves », assurait l’éditrice.

 

 
 

Alexandre est né dans les années 90, fils unique d’un père veule et d’une mère Folcoche, acariâtre, aigrie, qui ne supporte pas la sensibilité de son fils, petit garçon qui cherche l’attention de son père en s’entraînant avec lui au ski de fond, puisqu’il prépare la Vasaloppet, mythique course de ski de fond. Et un jour, le père disparaît ; sa mère lui annonce sa mort.

 

Il va grandir seul, déscolarisé, vivre ensuite une adolescence douloureuse, anorexique, au côté de cette mère qu’il aime en dépit de sa méchanceté, de son égoïsme absolu et de sa folie. À la mort de sa mère, il recevra un coup de fil, depuis la Suède. Une jeune femme lui affirme avoir été élevée par ce père déclaré mort. Roman sensible et poignant sur l’impossibilité de vivre lorsqu’on a n’a pas été aimé, Oublier mon père aborde frontalement la question des mères toxiques, et est une « histoire sombre sur la construction de l’identité masculine ».

 


 

La Terre a vécu l’apocalypse. Les survivants sont installés dans une station « qui ressemble fort aux rêveries d’Elon Musk ». Mais les humains ont dégénéré, ce sont désormais des créatures albinos, stériles, et condamnées à mourir à 50 ans.
 

Christine de Pisan a 49 ans, l’échéance approche, et l’artiste grave sur la peau les textes dont elle se souvient, comme un acte de rébellion contre le dictateur Jean de Men, à qui elle s’oppose fermement. Elle se souvient en particulier de l’histoire de Jeanne, qui serait l’une des seules à avoir été épargnée par l’apocalypse, et représentait une menace pour le dictateur qui l‘a fait brûler sur le bûcher. Mais Jeanne aurait survécu.
 

Le roman de Jeanne de l’Américaine Lidia Juknavitch s’interroge sur « la mémoire, le corps, le genre, la hiérarchie des sexes ». Et ce roman post-apocalyptique, « dystopie à la Hunger Games, avec des scènes d’une violence extraordinaire à la Mad Max » est annoncé comme « drôle, provocant, surprenant ». Il faudra s'attendre à « une critique féroce de l’Amérique de Trump, où toutes les questions soulevées par la dystopie sont en germe actuellement ». Signe que « la science-fiction, par les thèmes qu’elle aborde, dépasse les classements conventionnels et infuse la littérature générale », concluait Béatrice Duval.



 

À paraître 23/08
Maria Rosaria Valentini, trad. de l’italien Lise Caillat - Magnifica - 9782207137051 - 21,00 €

Manu Causse - Oublier mon père - Denoël - 9782207141311 - 20 €

Lidia Yuknavitch, trad de l’anglais (US) Simon Kroeger - Le roman de Jeanne - Denoël - 9782207139691 - 21 €

 

Rentrée littéraire 2018 : les fashion weeks du libraire




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.