La révolte du Quartier latin pour protéger librairies et galeries

Clément Solym - 04.11.2020

Edition - Librairies - révolte Quartier latin - maire arrondissement Paris - librairies soutien Paris


Dans son rapport de 2018, l’Atelier parisien d’urbanisme (APUR) indiquait que les fermetures de librairies à Paris diminuaient. Avec 48 disparitions entre 2014 et 2017, la situation s’améliorait. Et bien entendu, le Quartier latin — les Ve et VIe arrondissements — restait le plus dynamique, avec 200 librairies encore ouvertes. En période de crise, les politiques se mobilisent donc…

Les nouveautés librairie
 

L’observatoire du commerce à Paris doit entamer cette année une nouvelle étude, portant sur la période 2017-2020. En attendant, celle présentée en 2018 fait office de référence, avec des données officielles. 
 

Culture et commerces, le dilemme


Le confinement qui empêche les librairies d’accueillir des clients, sans pour autant leur imposer de fermer, implique des mesures politiques. Jean-Pierre Lecoq et les élus du 6e arrondissement viennent de voter à l’unanimité, ce 3 novembre, le « vœu à la Maire de Paris de prendre un arrêté autorisant la réouverture des petits commerces et des lieux de culture ». 

Autrement dit, des espaces tels que les librairies et les galeries d’art, nombreux dans la capitale et notamment dans le 6e arrondissement.
 
« Les petits commerces sont le poumon de notre économie. Les librairies sont le poumon de notre culture », indique un communiqué de la mairie du VIe arrondissement. Respectueuse des impératifs sanitaires et consciente du poids qui pèse sur les services de santé, la mairie ne remet pas en question le confinement des Français. 
 

Conséquences économiques évidentes


Elle aborde en revanche l’avenir en prenant « pleinement la mesure des conséquences qu’auront les décisions gouvernementales issues du décret du 29 octobre 2020, à court, moyen et long terme ». Et les petits commerces risquent bel et bien d’être dans le sillage des grandes surfaces, écrasés par les conditions économiques.

« Les Parisiennes et les Parisiens sont attachés à leur culture et à leurs commerces d’autant plus que les fêtes de Noël approchent, période absolument essentielle économiquement pour nombre d’entre eux », reprend la mairie. Et de souligner que l’ouverture pleine et entière serait possible, « en respectant les protocoles sanitaires comme ils le faisaient avant ce deuxième confinement, et [ce pour] éviter leur disparition ».
 

Responsabilité et engagement


Le Syndicat de la librairie française indiquait récemment qu’Emmanuel Macron et Jean Castex avaient fixé un rendez-vous pour réexaminer l’ouverture ou non des établissements dans deux semaines. « Nous savons que cet assouplissement est conditionné par une amélioration de la situation sanitaire, mais nous souhaitons travailler sans tarder avec les services de l’État pour étudier les modalités d’une réouverture à cette échéance si une telle condition était levée », notait pour sa part le syndicat.

L’impératif est donc de concilier, « notre responsabilité citoyenne qui nous rend vigilants par rapport à la situation sanitaire, notre engagement culturel et notre grande inquiétude économique qu’une deuxième fermeture à un moment crucial de l’année ne fait que renforcer ».

Et de faire barrage, dans l’intervalle, et autant que faire se pourra, à Amazon…

illustration : librairie Les nouveautés (Paris XIe) - ActuaLitté, CC BY SA 2.0


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.