La revue Oeuvres ouvertes boycotte les pure-players... du papier

Clément Solym - 19.09.2011

Edition - Société - oeuvres - ouvertes - diffusion


Œuvres ouvertes est un magazine de chroniques littéraires en ligne et un de nos partenaires dans l'opération Une autre rentrée litttéraire. Le magazine arrête dès aujourd'hui de passer en revue les livres qui ne sortent qu'en version papier.

Le vieux monde et son rejet borné des nouvelles possibilités du numérique exaspèrent son rédacteur. Les diabolisations de Beigbeder et Jean-Marc Roberts ont fait déborder le vase : Dehors !

 

Œuvres ouvertes justifie sa décision par la nécessité de combler un vide laissé béant par les magazines littéraires traditionnels : la presse papier oublie le plus souvent de parler du numérique. Et ce, même s'il est l'avenir du livre et malgré la qualité des œuvres publiées, alors que dans le même temps, le livre apocalyptique de Beigbeder obtient une double page dans le Monde des Livres.

 


Dès lors, « plus un mot sur des auteurs qui acceptent d’être édités à 10% de droits d’auteurs, "heureux" élus (la plupart ont du mal à payer leur loyer) d’un système où l’éditeur exerce un pouvoir hégémonique sur ce qui se publie ou pas. Plus un mot sur des maisons d’édition qui pratiquent le numérique à minimum quinze euros le pdf, et verrouillés en DRM ».

 

Et d'estimer que les grands éditeurs francophones ont manqué la marche du numérique jusqu'à présent, et sont de plus en plus en retard. Si le réseau numérique pose d'immanquables problèmes à la chaîne de la librairie, il assure cependant une diffusion mondiale.

 

Hachette et Gallimard devraient se dépêcher d'investir dans la moitié francophone de l'Afrique ainsi qu'au Québec et au Vietnam. Ils ont la chance d'éditer dans une des cinq langues les plus parlées et enseignées du monde, et ne l'exploitent pas. Or les possibilités d'échanges culturels avec les pays émergents sont énormes.

On peut ajouter qu'il vaut mieux occuper un marché en étant beaucoup piraté et un peu acheté, à l'instar de Microsoft en Chine, que n'être ni acheté ni connu.

 

Ravi de faire partie de la nouvelle vague, la seule qui a des perspectives de croissance radieuses, Laurent Margantin n'hésite donc pas à signer l'avis de décès de l'ancien monde : « C’est de ce monde de la médiocrité intellectuelle et littéraire étalée dans les journaux et à la face du monde que je ne veux plus : il n’aura plus sa place ici en ligne, et on tâchera de donner une vision nouvelle de la littérature en train de se faire, loin des petits jeux du monde littéraire franco-français. »

Voir le billet original de Laurent Margantin




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.