L'auteure Shin Kyung-sook reconnaît un plagiat de Yukio Mishima

Julie Torterolo - 23.06.2015

Edition - International - plagiat - Corée - Shin Kyung-sook


L’auteure coréenne Shin Kyung-sook, de renommée internationale pour son roman Prend soin de Maman traduit par Un-Cin Coñ et Jacques Batilliot en 2011 chez Oh ! édition, a reconnu avoir « en partie » plagié la traduction coréenne d’une nouvelle japonaise. Avec un roman traduit en 19 langues et vendu à plus de 2 millions d’exemplaires, une première pour un auteur coréen, la réputation de l’écrivaine semblait intouchable.

 

Shin Kyung-sook (Ccmontgom, CC BY-SA 3.0)

 

Et pourtant, mardi dernier, un auteur coréen a publié un article dans le Huffington Post Corée accusant la romancière à succès de plagiat. Selon Lee Eung-Juin, Legend, écrit par Shin Kyung-sook et publié en 1996, contiendrait des passages de la traduction coréenne de Patriotism (1961), œuvre du défunt romancier japonais Yukio Mishima. Après avoir nié toute la semaine la connaissance même de l'œuvre, elle reconnaît les faits dans une interview publiée aujourd’hui par le journal coréen Kyungyang Shinmun.

 

« Après avoir comparé à plusieurs reprises les phrases en question dans la nouvelle Patriotism de Yukio Mishima  avec Legend, je pensais que peut-être cela serait juste de reconnaître les allégations de plagiat », explique Shin Kyung-sook. « Je ne pouvais pas me souvenir si j'ai réellement lu Patriotism, mais je suis à présent dans une situation où je ne peux même plus croire ma propre mémoire », a-t-elle ajouté. 

 

« Je présente mes sincères excuses à l’écrivain qui a soulevé la question, ainsi qu'à toutes mes connaissances, et surtout, à tous les lecteurs qui lisent mes romans... Tout est de ma faute » conclut-elle. L'auteur va même jusqu’à annoncer qu’elle réfléchit avec son éditeur à enlever son œuvre des compilations dans lesquelles Legend est publiée. Mais pour l’auteur, il est impossible d’arrêter sa carrière d’écrivain, la littérature est et restera toute sa vie. (via Korea Observer)