La romancière Kate Morton en procès contre son ex-agent littéraire

Clément Solym - 20.08.2018

Edition - Justice - Kate Morton romancière - agent littéraire procès - Australie Kate Morton


Auteure de L’enfant du lac, Kate Morton est actuellement poursuivie par son ancien agent littéraire, Selwa Anthony. Une procédure engagée après un licenciement en 2015, qui mettait fin à des années de collaboration. Selon l’objet de la plainte, c’est la rupture de contrat qui est en cause...

 

Kate Morton at Mosman Library
Kate Morton - Mosman Library
 

 

Elles sont en guerre depuis bientôt un an : Kate Morton allait tout juste sortir en France L’enfant du lac en version poche (trad. Anne-Sylvie Homassel, Ed. Pocket). Selon la romancière, son agent avait été renvoyée, parce qu’elle favorisait ses propres intérêts. En outre, elle l’aurait privée de meilleurs revenus en n’acceptant pas le meilleur contrat d’édition — et ce, alors qu’elle était encore une auteure inexpérimentée et non publiée.

 

Vivant désormais au Royaume-Uni, et représentée par David Higham Associates, l’auteure d’origine australienne assurait alors qu’elle réclamait le remboursement de 2,8 millions $ AU sur les commissions perçues. 

 

Témoignant devant la Cour Suprême de Nouvelle-Galles-du-Sud (Australie), Kate Morton a expliqué à la juge que son ancien agent lui répétait que les personnes qui ne s’entendent pas devaient être libres de se séparer. « Elle ne croit pas aux contrats », poursuivait-elle.

 

Au cœur de l’embrouille, Selwa Anthony, qui s’estime lésée : au cours d’une conversation téléphonique de 2002, sa cliente se serait engagée à ce que l’agent perçoive 15 % de toutes les sommes gagnées durant la période de leur collaboration. Les cinq romans les plus vendus de Morton lui ont rapporté plus de 17,3 millions $, treize ans après la parution de son premier ouvrage.
 

Kate Morton, l'Australienne qui valait
10 millions de livres

 

Or, la romancière jure qu’elle n’avait pas compris la même chose : avec le temps, sans plus de précision selon elle, le pourcentage arriverait à 15 % des sommes. « À l’époque, je ne pensais même pas à ce qui se passerait après l’avance : je n’avais donc aucune idée de ce que serait la suite », explique-t-elle à la Cour.

 

En sept années de collaboration, la romancière a été finalement traduite en 34 langues et, en février 2017, avait vendu plus de 10 millions d’exemplaires dans 42 pays.  

 

via SMH




Commentaires

Plutôt dérangeant ces questions d'argent autour d'une auteure et ses livres, lorsque l'on sait combien d'auteurs n'arrivent même pas à gagner le smic avec leurs ouvrages à qualité égale.

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.