La romancière Linda Fairstein poursuit Netflix en diffamation

Clara Vincent - 20.03.2020

Edition - International - Netflix série procès - Linda Fairstein auteure - justice diffamation procès


L’écrivaine américaine de romans policiers Linda Fairstein a décidé de poursuivre Netflix en justice pour diffamation. Elle accuse l'une des productions de la plateforme de streaming, When They see us, de la représenter comme raciste et responsable de l'erreur judiciaire dont s'inspire la série. Mme Fairstein était en effet procureur du district de Manhattan lorsque l'affaire, qui condamnera à tort cinq adolescents, éclata dans l’Amérique des années 90.

© Netflix


Réalisé par Ava DuVernay, When they see us s’inspire de l’affaire du Central Park Five, qui défraya la chronique dans les années 1990 aux États-Unis. Elle raconte l’histoire de cinq adolescents de couleurs, soupçonnés à tort du meurtre et du viol d'une jeune joggeuse. Ces derniers furent injustement condamnés par la justice à de la prison ferme. Ils ne seront reconnus innocents qu’en 2002, lorsqu’un tueur en série, Matias Reyes, avoua son crime.  
 
Dans cette production Netflix de quatre épisodes, Mme Fairstein estime que les trois scènes, où son personnage apparait sous les traits de l’actrice Felicity Huffman, ont porté atteinte à sa dignité. Bien que n’ayant pas instruit elle-même le procès, Mme Fairstein était à l’époque à la tête du bureau du procureur du district de Manhattan et avait fourni une assistance technique au procureur principal en charge du dossier. 
 
Or, selon elle, la série la dépeint comme étant responsable de l'aboutissement du procès, en « méchante raciste et opposée à l’éthique, qui est déterminée à emprisonner à tout prix des enfants de couleur innocents », pour reprendre ses propres mots. 
 
Aussi a-t-elle décidé de poursuivre en justice la réalisatrice et la plateforme de streaming pour diffamation. Le dossier a été déposé ce mercredi devant un tribunal fédéral à Fort Myers, en Floride. 
 
« Le plus flagrant, c'est que la série dépeint faussement Mme Fairstein comme responsable de l’enquête et des poursuites dans l’affaire contre les cinq adolescents [...] », estime Andrew Miltenberg, son avocate. « En vérité, et comme détaillée dans le procès, Mme Fairstein n’était responsable d’aucun aspect de l’affaire. »
 
Linda Fairstein réclame 75.000 $ de dommages et intérêts pour pertes économiques, opportunités de carrière perdues, atteinte à la réputation et détresse émotionnelle.
 
« La réputation et la carrière de Mme. Fairstein — aux yeux de la loi et dans la littérature — ont été irrémédiablement endommagées par les actions des accusés », a également indiqué M. Miltenberg.
 
Pour sa part, Netflix a qualifié le procès de Linda Fairstein de « frivole » et « sans fondement ». Et de spécifier :  « Nous avons l’intention de défendre fermement When they see us, ainsi qu'Ava DuVernay, Attica Locke et l’incroyable équipe derrière la série. »   

Une carrière d'écrivain mise à mal 


Cette procédure décidée par l’ancienne procureur devenue auteure de romans policiers, fait suite à plusieurs épisodes ayant entaché sa réputation et mis à mal sa carrière d’écrivain. 

En effet, depuis le lancement de la série en mai 2019, une pétition en ligne, relayée sous le hashtag #CancelLindaFairstein sur les réseaux sociaux, réclamait le boycott de ses livres et le retrait de ses fonctions. 
 
Cette situation a conduit un mois plus tard son éditeur, Dutton (filiale de Penguin Random House) à mettre fin à leur collaboration. 

Linda Fairstein a également été contrainte de démissionner des conseils d’administration de plusieurs organisations, dont Safe Horizon et la Joyful Heart Foundation, qui aident les victimes de violences sexuelles. 
 
Aussi, avant le lancement de la série Netflix, Linda Fairstein avait déjà fait l’objet de mises à l’écart dans des institutions littéraires.

En 2018, Linda Fairstein avait failli être retirée de la sélection du prix littéraire annuel des Edgar Award après qu’Attica Locke, membre du jury, lauréate 2018 du Prix et co-scénariste de When they see us, avait enjoint le jury d'honorer quelqu’un d’autre.

« Elle est presque à elle seule responsable de l’incarcération injustifiée de Central Park Five. Ce n’est pas parce qu’elle a une carrière florissante dans l’édition que nous devons ignorer son passé — ou sa réticence à se reconnaître responsable de la vie ruinée de cinq hommes innocents. Je ne peux pas soutenir cette décision », arguait-elle dans un tweet.
 

 
Peu de temps après la diffusion du premier épisode de When they see us aux Etats-Unis, Linda Fairstein avait dénoncé le traitement qu'il lui était fait dans une tribune, publiée le 10 juin dans le Wall Street Journal


Via New York Times, CNN


Commentaires
Qu'elle aille en enfer !
Ca doit être dur de se retrouver accusé d'un crime qu'on n'a "pas" commis...
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.