La SCAM en campagne : "La culture ne s'hérite pas, elle se conquiert."

Clément Solym - 03.02.2012

Edition - Société - SCAM - culture2012 - Jean-Xavier de Lestrade


Que la Société Civile des Auteurs Multimédia ait des revendications n'est pas étonnant, qu'elle crée un site Internet pour exposer ses idées, les soumettre aux candidats à l'investiture suprême, et retranscrire les débats avec les différents responsables culturels l'est plus.

 

Culture2012.org est à la fois un site de veille et un site d'information. Les déclarations des candidats sont disséquées et répertoriées pour offrir à l'internaute une vision plus large des programmes présidentiels en matière de culture.

 

Mais le site est aussi l'occasion pour la SCAM de mettre en valeur les débats qu'elle organise pour défendre et exporter ses propositions. Ainsi, le débat Dessiner l'avenir numérique ou quelle place pour la culture, l'audiovisuel et la télévision publique dans le prochain quinquennat. Tout un programme. Le débat a réuni les représentants et conseillers culturels de François Hollande, le rapporteur de la loi HADOPI et un ex-ministre de la Culture. Aurélie Filipetti, Christophe Girard, Frank Riester et Jacques Toubon se sont donc écharpés autour de la question de l'efficacité de la HADOPI sous le regard du président de la SCAM Jean-Xavier de Lestrade.

 

 

 

Toujours dans cette volonté d'exporter ses vues, la SCAM diffusera 10 Commandements exposant ses projets sur les évolutions culturelles à mettre en place après l'élection.

 

Le Premier Commandement est une requête portant sur l'élargissement du domaine de compétence du ministère de la Culture. Dévoué aujourd'hui à la Culture donc et à la Communication, la SCAM verrait d'un bon œil que le numérique et la société de l'information soient désormais dans les prérogatives.

 

Petit extrait du commandement :

« Le ministère doit être le lieu de la concertation et de l'expertise où se construit la politique de soutien à la culture et à la communication de demain, dans toute sa diversité et sur tous les supports. Sans extension du champ des attributions du ministère à l'économie numérique, le ministère courra alors le risque de n'être plus que le volet institutionnel dédié à une industrie vieillissante et déconnectée et d'une création qui ne s'expose que sur les anciens réseaux.

Avec le foisonnement de la création numérique, avec la nécessité d'élargir la politique de la diversité culturelle aux nouveaux réseaux de communication, la construction d'un pôle ministériel rassemblant culture, communication et numérique est une urgente nécessité. »

 

« La culture ne s'hérite pas, elle se conquiert. »

 

Dans le deuxième Commandement publié aujourd'hui, la SCAM fait le vœu « d'encourager l'éducation artistique pour favoriser la démocratisation culturelle. La phrase d'André Malraux est restée célèbre, c'est lui d'ailleurs qui est pris en exemple pour la démocratisation culturelle qu'il a mise en place lors de son passage au ministère.

 

Voici un extrait du communiqué :

« La relance de l'éducation artistique et culturelle est une nécessité pour y parvenir. Qu'elle se réalise par le biais d'engagements renforcés de l'État comme des collectivités locales, de résidences d'artistes, d'initiation à l'art ou de rencontres avec des artistes et des créateurs, l'école doit tisser le lien entre les enfants et la culture. »

 

Les commandements suivants seront dévoilés par la SCAM sur le site Internet dans les prochains jours.