La SCAM publie son rapport d'activité 2013, une bonne année

Antoine Oury - 27.06.2014

Edition - Economie - SCAM - rapport d'activité 2013


 La Société Civile des Auteurs Multimédia vient de rendre public son rapport d'activité pour l'année 2013 : on y trouvera le bilan de l'année écoulée, meilleur que prévu selon son directeur général Hervé Rony. Julie Bertucelli, présidente de la Société, souligne de son côté que la diversité des auteurs représentés par la Scam est une véritable force devant les mutations culturelles.

 

 

Hervé Rony (SCAM)

Hervé Rony, directeur général de la Scam (ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

 

 La Scam se réjouit tout d'abord de la signature d'un accord avec l'opérateur Orange, qui a participé à une hausse des versements des droits, qui porte ces derniers au total de 102 millions €, faisait passer « le cap symbolique des 100 M€ », note Hervé Rony. Les répartitions s'élèvent pour leur part à 95,4 millions €, soit une hausse de 2,6 %.

 

26.216 ayants droit ont bénéficié de la répartition en 2013, contre 24.053 l'année précédente. Les revenus ont légèrement augmenté, puisque le nombre d'ayants droit recevant moins de 100 € baisse de 18 % quand celui des ayants droit recevant entre 100 et 250 € a augmenté de 65,6 %. 7 ayants droit supplémentaires reçoivent plus de 20.000 €. Toutefois, une écrasante majorité reçoit moins de 1000 €.

 

 

Les ayants droit classés selon les différentes répartitions

 

 

La société se félicite aussi de la signature d'un accord avec les éditeurs sur le contrat d'édition à l'ère numérique, enfin promis à un avenir un peu plus radieux - et rapide, espérons-le - avec l'adoption de la loi Anti-Amazon au Sénat. La Scam se déclare enfin satisfaite du rapport sur l'exception culturelle, Acte 2, et notamment du maintien de la réponse graduée de Hadopi. Enfin, si la Haute autorité reste en place. Voilà quelques jours, l'organisation notait aussi que la loi Création commençait à être bien longue à venir.

 

En 2013, 1830 nouveaux auteurs ont rejoint la Scam, dont 22 % de l'écrit. « L'exploitation des œuvres littéraires concerne principalement les lectures radiophoniques ainsi que les droits de reprographie des œuvres non documentées, les droits de copie privée numérique et le droit de prêt », précise la Scam.