Royaume-Uni : faire en sorte que tous les enfants soient inscrits en bibliothèque

Antoine Oury - 20.08.2015

Edition - Bibliothèques - Nicky Morgan - alphabétisation - Royaume-Uni


À travers sa tribune publiée dans The Telegraph, la Secrétaire d'État à l'Éducation britannique, Nicky Morgan, a remporté l'adhésion des bibliothécaires : elle souligne l'importance de l'alphabétisation et de l'accès aux livres pour le développement de la jeunesse du pays. Après une délicate réforme de l'apprentissage de la lecture en 2012, elle souhaite désormais travailler avec des associations pour améliorer la lecture de proximité.

 

137 - Look up!

(David D, CC BY 2.0)

 

 

La Secrétaire d'État à l'Éducation Nicky Morgan est en poste depuis 2014, mais se félicite de la réforme engagée en 2012 autour de l'apprentissage de la lecture : vivement critiquée, elle a pourtant porté ses fruits, assure la ministre en chef. « Trois années plus tard, 100.000 enfants de plus de 6 ans sont sur le point de devenir des lecteurs confirmés. La part des enfants qui lisent correctement à la fin de l'école primaire est passée de 83 % à 89 %, soit 33.600 enfants supplémentaires », affirme-t-elle dans cette tribune cosignée par l'acteur et auteur jeunesse David Walliams.

 

L'étape suivante est celle des habitudes de lecture, affirme la Secrétaire d'État, qui ont tendance à disparaître dès l'âge de 8 ans : « Un sondage récent par le National Literacy Trust démontre qu'un enfant de 8 à 16 ans sur sept ne lit que rarement, voire jamais, en dehors des heures de classe. » Pour mettre la lecture au rang des activités partagées en camarades, la ministre souhaite multiplier les clubs de lecture au sein des écoles, en collaboration avec The Reading Agency, organisme de charité.

 

« C'est la raison pour laquelle nous soutenons The Reading Agency, avec une ambition partagée : faire en sorte que tous les enfants de 8 ans soient inscrits en bibliothèque. » L'hypothèse d'une carte de bibliothèque nationale ou automatiquement délivrée aux citoyens n'est pas évoquée, même si la première option faisait partie des propositions du rapport Sieghart sur les bibliothèques du Royaume-Uni.

 

Travailler plus avec les bibliothécaires

 

Les professionnels ont bien accueilli le texte, même s'il révèle finalement peu de mesures concrètes pour l'amélioration de l'accès aux livres. Ainsi, Nick Poole, directeur exécutif Chartered Institute of Library & Information Professionals (CILIP), organisation professionnelle de bibliothécaires, se félicite « de la reconnaissance de la différence que les bibliothèques et les bibliothécaires peuvent faire en construisant avec les enfants des connaissances et une certaine assurance, à travers la lecture ».

 

Si Morgan bénéficie d'une bonne popularité auprès des professionnels, c'est aux dépens de Ed Vaizey, le Secrétaire d'État à la Culture, particulièrement critiqué pour les restrictions budgétaires appliquées aux bibliothèques, ou l'absence d'action du gouvernement pour parer les fermetures ou les gestions par des volontaires. 

 

Alan Gibbons, infatigable militant contre les fermetures de bibliothèque, est particulièrement remonté contre Vaizey, mais Morgan ne trouve pas plus grâce à ses yeux : « Morgan pourrait aider en exigeant des écoles qu'elles dépensent de l'argent pour les livres. » En effet, aucune obligation n'existe pour la mise en place de bibliothèques scolaires : le gouvernement a bien annoncé un plan d'aide de 200.000 £ pour 200 écoles primaires dont le niveau d'alphabétisation des enfants est faible, mais cette somme a été qualifiée de dérisoire par les observateurs.

 

(via The Telegraph, The Bookseller)