La Seine à vélo : Le Clézio déplore une destruction de la nature

Clément Solym - 23.07.2020

Edition - Société - Seine vélo Clezio - Paris Honfleur vélo - berges Seine vélo


Réaliser le trajet entre Paris et Honfleur, partant des bords de la Seine, soit 561 km pour pédaler à tout crin. Mais ce projet, La Seine à vélo, n’a pas que des partisans : le prix Nobel de littérature JMG Le Clézio signe un texte déplorant « un projet absurde ». 

Vernon - River Seine
 

Dans la continuité de ce que dénonce l’Association culturelle des bords de Seine, voici qu’un auteur se dresse. Paris Normandie fait ainsi état du soutien inattendu que le Prix Nobel apporte contre le projet de Seine à Vélo. Membre de l’association — de même que Patrick Modiano — il proteste contre le tracé proposé. 

« J’ai souvent marché sur le sentier de halage qui longe la Seine, de la ville de Vernon jusqu’à Pressagny-L’Orgueilleux, dans la Haute-Normandie. Je garde un souvenir ému et émerveillé de ces marches, que je voudrais qualifier de “promenade” au sens rousseauiste du mot », explique Le Clezio.

Et d’évoquer les paysages bucoliques, qui riment avec son enfance — son père avait installé à plusieurs reprises un chevalet pour peintre « le chemin de halage et […] la nature, le clair-obscur des arbres, les buissons, et les reflets sur l’eau ».
 
Mais voilà : « Le projet de transformer cette promenade romantique, au fil de l’eau, au rythme lent, en une piste cyclable moderne, bitumée et fléchée, n’est pas seulement absurde, il est aberrant. »

Pour protéger la nature, ne pas la toucher reste la meilleure option. Et d’ajouter que « marcher à pied sur un chemin de halage n’est pas un privilège, c’est un droit absolu dans un monde où tout tend à être trop organisé, trop conforme aux intérêts des organismes touristiques ». 

Tant la faune que la flore et les habitants avec elles méritent un respect que le projet de Seine à Vélo ne semble pas apporter. À l’image de Saint-Exupéry, pour qui « on n’hérite pas la terre de nos ancêtres, on l’emprunte à nos enfants », Le Clézio invite ainsi à préserver un héritage, pour les générations futures. 

Il conclut alors : « Je voudrais que mes petits-enfants fassent de même dans le futur, quand je ne serai plus là, sans être troublés par la circulation des deux roues, des vélos électriques et des trottinettes. Soyons humbles : ce que nous détruisons aujourd’hui dans la nature ne pourra jamais se retrouver. »


crédit photo : Elliott Brown CC BY 2.0


Commentaires
Merci JMG Le Clezio . Puisse votre voix etre entendue ..le nombre de beaux et vieux arbres qui vont etres abattus pour faire ce chemin goudronné est aberrant...détruire toujours detruire...quelle tristesse!
J ai 70 ans et je suis d avis de ne pas goudronnée ce chemin de halage!.

Les vélos peuvent y circuler ils vont à peu près partout et il en existe des spéciaux tout terrain...il y a même des compétitions! Laisser nos marcher et pedalertranquillement...je suis trop âgée pour compstelle mais çà je verrai bien une organisation en famille de tous âges! Merci à d autres de réagir!
Une pierre dans le jardin des bobos escrologistes qui veulent, de Paris, dicter à la province comment elle doit être naturelle... sans parler des juteux contrats qui seraient signées par des entités publiques au profit d'entreprises sachant tirer parti des lubies escrologistes en bitumant les bords de Seine.



Au passage, ces douteux arrangements se chiffrent en millions, voire en milliards lorsqu'il s'agit de saccager nos paysages dans tout le pays en implantant des monstrueuses et hideuses éoliennes qui fournissent de l'énergie intermittente à un coût faramineux sans compter la nécessité de faire fonctionner des centrales énergétiques à énergie fossile pour prendre le relai de l'éolien ou du solaire chaque fois qu'ils cessent de fonctionner faute de vent ou de soleil, c'est à dire les trois-quarts du temps. L'antinucléarisme forcené des escrologistes nous ruine et compromet notre politique énergétique.



Bref, une fois de plus les escrologistes veulent imposer leur vision délirante, fût en mettant à mal la Nature : quand donc ouvrirons-nous les yeux et mettrons-nous fin à leur néfaste politique ?
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.