La surproduction de livres continue de sévir en France

Cécile Mazin - 19.03.2015

Edition - Economie - ministère culture chiffres - édition vente livres - France 2014 bilan


Quelques heures avant le retour des hirondelles qui marquent l'arrivée du printemps, le ministère de la Culture propose l'étude portant sur les chiffres-clés du secteur du livre. L'édition 2013-2014 est à peine sortie, que les premiers constats sont quelque peu effrayants : la production continue de s'emballer, dans un contexte de ventes en recul. 

 

Librairies de Paris divers

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Avec 80.255 titres produits en 2014, c'est une hausse de 7,3 % par rapport aux 74.818 titres de 2013. Cependant, que l'on se rassure, la production commercialisée n'est que de 68.187 titres, soit 2,5 % de plus que l'année passée, déjà en hausse de 1,7 %. 

 

Il existe cependant 692.740 références vendues sur le territoire français, soit 5 % de plus que l'année passée. Pour le livre, le tirage moyen est de 5966 exemplaires, soit un recul de 18,1 % – on comprend que les auteurs fassent grise mine et préparent un grand mouvement social pour ce Salon du livre de Paris.

 

Non seulement plus de livres sortent, alors qu'il s'en vend moins, mais le nombre d'exemplaires mis en vente diminue. Fameuse situation. D'ailleurs, le montant des droits d'auteurs versés est passé de 437 millions € en 2012, à 427 millions € en 2013. Et ce, bien que le prix de vente moyen est augmenté, pour la littérature, de 2,2 %, contre 0,4 % en moyenne.  

 

Avec 2,559 millions d'euros HT de ventes de livres, l'édition accuse un repli de 3 % sur l'ensemble de son chiffre d'affaires, qui s'élève à 2,687 millions € HT. Il s'est pourtant vendu 426,8 millions d'exemplaires, incluant livre numérique, imprimé et audio. 

 

10.000 livres réalisent près de 50 % du CA de l'édition

 

Le numérique, dont tout le monde parle et que personne ne peut voir, est évalué à 4,1 % du CA de ventes, avec 105,3 millions € HT, dont 11,3 millions € sur support amovible. 18 % des Français ont d'ailleurs déjà lu un livre numérique en 2015, contre 15 % en 2014 et 6 % envisagent de le faire, contre 7 % l'an passé.

 

Dans le top 3 des meilleures ventes, on retrouvera pour 2014 Merci pour ce moment, de Valérie Trierweiler, puis Cinquante nuances de Grey, au Livre de Poche et Central Park de Guillaume Musso. Selon GFK, 5 livres représentent 1 % du CA global de l'édition et 10.000 livres ont réalisé 44,2 % de l'édition. 

 

Ce qui, mis en perspective, sur les 68.000 titres commercialisés, signifie donc que 58.000 ouvrages vendus en France pèsent pour 56 % du chiffre d'affaires global ? Effrayant.

 

Les Français jouent pourtant le jeu : ils sont 53 % à avoir acheté un livre en 2014, ce qui ne bouge pas par rapport à 2013 :  

  • 24 % en ont acheté de 1 à 4 (25 % en 2013) 
  • 16 % en ont acheté de 5 à 11 (16 % en 2013) 
  • 12 % en ont acheté 12 et plus (11 % en 2013) 

 

Enfin, 10 % ont acheté un livre d'occasion imprimé (pas de mouvement) et 3 % un livre numérique, contre 2,6 % en 2013. Notons que la librairie représente 22 % des ventes de livres (incluant maisons de la presse et librairies indépendantes). Les grandes surfaces spécialisées représentent le même pourcentage par ailleurs, tandis qu'internet passe à 18,5 %. 

 

Le livre de poche, pour conclure, représente 17,2 % de la production en titres, 22,8 % en exemplaires, et 24,5 % en ventes, le tout, pour réaliser 13,6 % du CA de l'édition.