La tablette d'Apple, pas sortie, déjà vendue à 1,4 million d'exemplaires

Clément Solym - 29.12.2009

Edition - Economie - tablette - apple - sortie


Personne ne sait quoi que ce soit à propos du prochain engin d'Apple prévu pour 2010, et tout le monde sait déjà qu'il va cartonner sur le marché du livre sans papier (Non, M. Besson, couché ! On ne le reconduira pas à la frontière du numérique) !

Une prévision sans risque pour la Pomme, qui a maintenant pris l'habitude de faire bouillir la sauce pour s'assurer une explosion commerciale bien juteuse à la sortie d'un nouveau produit majeur. Ici, on parle évidemment de la fameuse tablette d'Apple, très fortement présumée coupable du prochain coup d'éclat de la marque californienne.

Gene Munster, analyste chez Piper Jaffray, prédit déjà un immense succès pour cette tablette tactile, un engin qui s'incrustera certainement entre l'ultraportable et l'iPhone. Un format idéal pour concurrencer les premiers livres électroniques qui se disputent actuellement le marché naissant de la littérature dématérialisée. On parle aux dernières nouvelles d'un écran en verre renforcé de 10 pouces de diagonale.

Selon le spécialiste, Apple pourrait vendre 1,4 million de tablettes dès ses 9 premiers mois de commercialisation. Il écraserait alors d'un revers de page le Kindle d'Amazon, qui domine actuellement le marché du livre électronique.

Selon des fournisseurs de composants taïwanais, l'engin d'Apple serait dévoilé fin janvier et sortirait sur le marché en mars 2010. La production initiale serait en mesure d'en fournir 162 000 unités par mois. Le prix serait de 600 dollars pièce, soit l'équivalent d'une quarantaine de livres papier à 15 euros.

Reste à savoir comment Apple compte appréhender le marché de la publication papier. On parle de la transcription numérique de journaux et magazines papier via des partenariats sur la plateforme iTunes de la firme. Une solution indirecte, mais fort probable sachant que les dirigeants d'Apple persistent à déclarer que le marché de l'édition n'est pas aussi attractif que ceux de la musique et de la vidéo, sur lesquels iTunes fait ses choux gras.