La télévision reste le média le plus prescripteur pour l'achat de livres

Clément Solym - 10.11.2010

Edition - Société - prescription - achat - livre


On s’interroge toujours sur l’impact réel du passage à la télévision d’un auteur pour présenter son dernier livre ou de la simple évocation d’une nouvelle parution dans la presse ou à la radio.

Mais, en toute logique, la télévision, restant le premier média de masse, même si ses parts de marché sont petit à petit grignotées, évoquer un nouveau livre sur un plateau est ce qui reste le plus vendeur.

La télévision demeure donc le premier média prescripteur en termes d’achat de livres pour le public. C’est ce qui ressort, en toute logique, du dernier sondage réalisé par téléphone auprès de plus de quatre cents libraires par nos confrères de Livres Hebdo.

Et, selon les réponses des professionnels de la vente de livres, une émission se détache nettement, à savoir La grande librairie, diffusée sur France 5 où François Busnel sévit le jeudi soir à partir de 20H35, avec une rediffusion le dimanche matin, à 8H55.


Cette émission littéraire réalise des audiences tout à fait correctes, avec une moyenne de 274 000 téléspectateurs le jeudi soir et un peu moins de la moitié le dimanche. Les autres émissions littéraires du petit écran restent très peu prescriptives aux dires des libraires.

Dans l’esprit de ces derniers, le pouvoir prescripteur des médias est stable, pour 54 % d’entre eux quand 36 % estiment qu’il est en hausse, contre 10 % qui le voient à la baisse.

Après la télévision vient la presse où le supplément littéraire du Monde est prescripteur pour 18 % des libraires interrogés quand c’est Le Figaro pour 11 % ou L’Express pour 10 %. Quant au Nouvel Observateur, il n’est cité que par 6 % des sondés.

La radio a également son influence, mais encore moins que la presse pour les libraires interrogés. Toutefois, 30 % des sondés estiment son pouvoir prescriptif en hausse et de citer d’abord le Masque et la plume puis Cosmopolitaine, deux émissions diffusées sur France Inter.

Et Internet dans tout ça ? Les sondés lui donnent la portion congrue, et 75 % estiment stable son impact sur les lecteurs quand 5 % seulement le visualisent à la hausse. Ces chiffres sont pourtant en contradiction avec les parts que gagne sans cesse Internet par rapport aux autres médias de masse.

Quant à voir de la prescription, aux yeux des libraires interrogés, elle se ferait principalement via les sites d’achat en ligne comme Amazon notamment. Nulle mention des sites spécialisés dans l’actualité littéraire ni des blogs influents.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.