La tombe d'Oscar Wilde, rongée de rouge à lèvres

Clément Solym - 01.12.2011

Edition - Société - Oscar WIlde - Père Lachaise - tombe


On le savait toujours aussi populaire. Pour preuve, le dernier - et particulièrement beau - film reprenant son Portrait de Dorian Gray, avait été un franc succès. Le casting n'y était cependant pas étranger. Mais voilà : bien des années après sa mort, Oscar Wilde est sur toutes les bouches... Ou plutôt, toutes tentent encore de s'en approcher.


Pour le 111e anniversaire commémorant son décès, la tombe d'Oscar Wilde a été restaurée. Une partie de la communauté irlandaise s'est en effet cotisée pour arriver à financer cette rénovation de l'édifice, posé, comme on le sait, au cimetière du Père-Lachaise. Hier, durant une cérémonie qui se déroulait en présence de Rupert Everett, l'acteur, la tombe a donc été dévoilée.

 

Et, oh, étonnement, des vitres plastiques de deux mètres de hauteur ont été apposées sur les parois de pierre... pour empêcher que les touristes, les passants et les passantes, ne s'approchent et déposent le traditionnel baiser. Car depuis des années, le tombeau de Wilde était « dévoré par du rouge à lèvres ». Sic. Et de ce fait, les principales coupables en seraient donc les femmes.

 

 

Trop de baisers pour un tombeau, voilà peut-être même un titre de livre à conserver et archiver précieusement. Mais le monument, réalisé par Jacobs Epstein en 1912, étant classé Historique depuis 1997, difficile de laisser les passantes s'adonner à leur malin plaisir.

 

« Je me demande comment Oscar Wilde a bien pu supporter l'hommage en baisers rouge à lèvres qu'ont laissé des milliers d'admiratrices ces dernières années... Peut-être, il a dit : “sauvez-moi de mes disciples !” », a commenté durant son discours Ruper Everett, en présence du petit-fils du dandy, Merlin Holland.

 

Pour lui, si les marques de rouge à lèvres sont touchantes d'affection, « le tombeau est une oeuvre d'art et un monument historique. Il fallait le protéger. Les hommages pourront tout autant se faire mais autrement, par des fleurs par exemple », rapporte l'AFP.

 

On notera cependant que le sphinx que Wilde avait élu comme symbole, s'était fait raboter le sexe, sous les coups de vandalisation, durant les années 60. Sans jamais avoir été refait - sa taille était, raconte-t-on, assez démesurée...

 

Selon le ministre de la culture, « la tombe d'Oscar Wilde, l'une des plus grandes figures de la littérature européenne, retrouve sa splendeur initiale, désormais protégée des assauts du superficiel ».

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.