La toute première librairie chinoise ouvre ses portes en Russie

Orianne Vialo - 13.07.2016

Edition - Librairies - librairie chinoise russie - chine russie édition - ouverture librairie chinoise


La première librairie chinoise de Russie a ouvert ses portes le 6 juillet dernier, dans la rue piétonne d’Arbat, qui est l’une des artères les plus touristiques de Moscou. Intitulé Chance Beaucoup, cet endroit culturel est le résultat d'un projet mené entre la société d’édition Chance, et le Zhejiang Publishing United Group, la plus grande entreprise d’impression dans la province de Zhejiang. 

 

(photo d'illustration, tamakisono, CC BY 2.0)

 

 

Six jours après son ouverture à laquelle ont assisté la vice-première ministre du Conseil d'État chinois, Liu Yandong, et la vice-première ministre de l'Éducation et de la Science et de la Fédération de Russie Natalia Tretyak, l’endroit compte déjà dans ses rayons 5 000 titres.

 

Certains d'entre eux sont considérés comme des trésors des littératures russes et chinoises. Environ 80 % des livres proposés au public sont écrits en chinois, tandis que les 20 % restants sont des traductions d’ouvrages russes en chinois. 

 

« Cette librairie a été le résultat de la coopération amicale entre la Russie et la Chine dans le domaine de l’édition de livres. On peut dire qu’il s’agit d’une fenêtre qui ouvre de nouvelles opportunités pour les échanges culturels entre les peuples de nos pays » avait engagé Tong Jian, le président du conseil de Zhejiang Publishing, dans une interview accordée à Russia Beyond the Headlines, un journal russe de référence.

 

« Nous espérons que ce lieu va devenir un endroit confortable pour les lecteurs russes qui aiment passionnément la culture chinoise. De nos jours, la coopération mondiale est en constante expansion, les échanges culturels et la portée de l’édition ne font pas exception. Après tout, le livre est ce qui unit les peuples de nos pays, malgré les kilomètres qui les séparent » a-t-il ajouté.

 

Selon le directeur général de la société Chance, Mu Ping, le cœur de cible de cette toute nouvelle librairie reste tout de même « les élèves qui apprennent la langue chinoise, ainsi que tous ceux qui sont intéressés par la culture chinoise et veulent se familiariser avec notre littérature ».

 

L’ouverture de cette librairie rappelle l’initiative lancée il y a de cela plus d’un an, de l’ouverture de la première librairie arabophone d’Istanbul. Tournée vers les publics turcs et syriens, cette librairie a été créée par un réfugié syrien, Samir el-Kadri, qui souhaitait proposer un espace culturel où le public arabophone puisse se retrouver, mais aussi « garder [son] identité ».

 

via Russia Beyond the Headlines, God Literatury