La Traverse, à la Courneuve, fait les frais de la "rationalisation" des aides du CNL

Clément Solym - 26.12.2012

Edition - Librairies - La Traverse - La Courneuve - CNL


Le deuxième anniversaire de la librairie La Traverse, à la Courneuve, s'est assombri avec la notification par le Centre National du Livre d'un refus du versement de la subvention pour la mise en valeur du fonds en librairie. Une décision que Doris Séjourné et Caroline Sayanouanchan contestent, et surtout, ne s'expliquent pas.

 

 

 

 

Si la librairie a connu nombre de soutiens au moment de son installation en 2010, avec le versement d'aides de la part du Centre National du Livre, de l'ADELC (Association pour le développement de la librairie de création), de la Direction Régionale des Affaires Culturelles et du Conseil régional pour les travaux et autres frais, les aides ont depuis eu tendance à se réduire.

 

Mais ce n'est pas ce que cherchent Doris et Caroline : « Ce dont on a besoin, ce n'est pas d'une subvention de 3.000 €, mais de la reconnaissance » explique Doris Séjourné. Les deux amies ont constitué un dossier pour La Traverse, au titre de librairie valorisant son fonds. Avec une solide expérience dans le domaine : séance de dédicaces, lecture dessinée, spectacle de magie, soirée diverse et variée, le tout sur fond de sorties littéraires (« Nous avons soutenu dès le début, avant son prix, Christophe Carlier pour L'assassin à la pomme verte » souligne avec fierté la libraire)

 

Et cette année, l'aide du CNL semblait pratiquement acquise pour La Traverse, au vu « des efforts particuliers que nous avons fait pour la rentrée littéraire et la fin d'année » souligne Doris Séjourné, particulièrement remontée contre la lettre de refus du CNL, dans lequel « aucun motif précis n'est opposé au versement de la subvention ». Excepté le chiffre d'affaire de la librairie : 97.000 € à l'année, ce qui est bien moindre que les 150.000 € réclamés par le CNL, comme le stipulent ses critères d'éligibilité.

 

D'ailleurs, le bilan d'activité 2011 du CNL se montre plutôt optimiste quant aux subventions VAL (VAlorisation du fonds en Librairie) :

Ces aides individuelles correspondent à plusieurs dispositifs. 273 d'entre elles, pour un total de 1 154 000 €, et des dotations allant de 3 000 € à 10 000 €, ont été accordées au titre du dispositif VAL (pour Valorisation des fonds en librairie) afin d'accompagner la qualité de l'assortiment et de l'animation et de favoriser une médiation active. Les dossiers VAL (344) ont été beaucoup plus nombreux qu'en 2010 (+ 33 %). Le CNL a accompagné cette augmentation des demandes en allouant un budget de 1,15 M€ (comparable au cumul de 2008 et 2009, et en augmentation de 37 % par rapport à 2010). Le nombre de librairies soutenues (273) est très supérieur aux années précédentes (200 en moyenne). 80 % sont des librairies générales, la quasi-totalité des 20 % restants rassemblant des librairies jeunesse et des librairies de bandes dessinées. Plus de 90 % des bénéficiaires sont des librairies labellisées ou en cours de labellisation. (voir notre actualitté)

« Implicitement, cela revient à dire que la culture est une marchandise comme les autres » explique la cogérante de La Traverse, qui a déjà reçu le soutien de quelques éditeurs. La librairie est « une S.A.R.L., ce qui signifie que notre seul soutien est censé venir des acteurs du livre » : la lettre de demande de justification, envoyée par les librairies le 12 décembre dernier, est restée sans réponse. Enfants, ados et adultes visitent pourtant la librairie au quotidien : la lecture pour tous, un objectif à remplir... seul ?

 

Lettre au CNL par La Traverse, librairie de La Courneuve