La vente de RCS Libri reportée en fin de semaine chez Mediagroup

Nicolas Gary - 03.03.2015

Edition - International - Silvio Berlusconi - Mondadori Italie - édition vente


Au terme de la réunion du Conseil d'administration extraordinaire, RCS Mediagroup n'a rien statué quant à la vente de la filiale éditoriale, RCS Libri. Le groupe Mondadori a exprimé un certain intérêt pour cette filiale, et serait disposé à la racheter pour près de 135 millions €. Mais les administrateurs du groupe RCS ont préféré ajourner leur décision.

 

 

Anche tu brinda con

Lorenzo Pierini, CC BY 2.0

 

 

Le 6 mars prochain sera remis à l'ordre du jour l'ensemble des points qui n'auront pas été évoqués hier, dans le cadre du CA extraordinaire. Selon les analystes, la vente de la filiale RCS Libri est possible, en dépit des divisions internes sur le sujet. Cependant, si les actionnaires donnent le feu vert, les contradicteurs seront simplement balayés. 

 

Comme un nouveau Conseil d'Administration doit être nommé pour fin avril, la décision finale n'appartiendra cependant pas aux actuels membres. À l'heure actuelle, les membres seraient tout de même enclins à mesurer leur choix, et éviter une mise en vente trop hâtive. 

 

En bourse, la valeur du groupe RCS suit une douce pente, après avoir tout de même largement remonté la courbe, au cours du mois dernier.  

 

Chose à noter : alors que, d'un côté, on parle beaucoup de ce rachat, Silvio Berlusconi, propriétaire de Mondadori, par sa holding Fininvest, tente également de faire main basse sur le groupe public de télévision, Rai Way. L'offre de rachat est montée à 1,2 milliard €, par laquelle Mediaset, la chaîne de Berlusconi, deviendrait propriétaire de la chaîne publique Rai.

 

Le ministère de l'Économie italien a annoncé que toute discussion était exclue, mais pour certains, la stratégie déployée serait assimilée à celle du cavalier, sur un plateau d'échec. Dans un cas, comme dans l'autre, la holding de Berlusconi serait en mesure d'obtenir gain de cause : soit pour RCS Libri, soit pour Rai Way. La chaîne est détenue pour deux tiers par le Trésor italien, et la fin de non-recevoir du gouvernement serait donc une impasse.

 

Or, dans les deux cas, la holding de Berlusconi se retrouverait en position de monopole absolu, dans le secteur du livre, ou celui des médias. La possibilité de gagner sur les deux plans n'est pas non plus à exclure...