La ville de New York abandonnerait ses libraires indépendants

Heulard Mégane - 26.06.2019

Edition - Librairies - Book Culture - librairie indépendante - fermeture librairie


Installée depuis près de 22 ans à New York, la chaîne de librairies indépendantes Book Culture risque désormais de fermer ses portes. Le propriétaire des quatre boutiques (trois à Manhattan, une à Long Island City, dans le Queens), Chris Doeblin, demande aux autorités new-yorkaises de lui venir en aide. 

Via Facebook Book Culture
 
 
Dans une lettre ouverte publiée sur Facebook la semaine dernière et adressée aux responsables municipaux de New York, dont le maire Bill de Blasio, le gouverneur Andrew Cuomo et le président du conseil municipal Corey Johnson, le propriétaire de Book Culture, Chris Doeblin demande une assistance financière pour sauver son entreprise. 

Book Culture est une chaîne de librairies indépendantes qui s’est installée à New York il y a de cela 22 ans. En dépit d’un bon chiffre d’affaires, l’entreprise est désormais au bord du gouffre financier. Cela est notamment dû à la hausse des coûts salariaux qui ont augmenté de 50 % en deux ans. 

Le propriétaire de la chaine de librairies explique au Gothamist : « Nous employons plus de 75 personnes en haute saison et notre masse salariale dépassait 1,7 million de dollars l’an dernier. Toute cette masse salariale, ainsi que les 700.000 dollars par an [de ses quatre sites] que nous payons en loyer, revient directement dans l’économie de New York, c’est pourquoi je m’adresse à notre gouvernement ici. »

Malgré les réductions de personnel, l’entreprise est toujours menacée de fermeture. Doeblin déclare que la situation est « une sorte de spirale terrible. Il est de plus en plus difficile de trouver des fournisseurs qui nous expédieront, les dettes impayées envers les vendeurs et les créanciers. » Il ajoute que les banques et les prêteurs traditionnels hésitaient à lui faire des prêts à cause du bilan financier délicat. 
 

M. Doeblin espère obtenir un prêt à terme d’au moins 500.000 $ et que la ville « s’engage ensuite dans un plan sérieux pour améliorer les chances de petites entreprises à New York » ce qui « garantirait une évolution vers une plus grande diversité de propriétés plutôt que des consolidations ».

Il a également ajouté : « Les capitaux permettent des projets tels que la quasi-intégration d’Amazon à New York ou des projets de construction tels que Hudson Yards, mais ne sont pas disponibles pour les petites entreprises comme la nôtre. »

Une lettre ouverte qui fait écho aux difficultés financières de nombreuses petites librairies. La municipalité, pour l'instant, n'a pas cru bon de réagir... À quand une Sarah Jessica Parker, qui avait pris position fermement pour la défense des bibliothèques, cette fois engagée dans la cause des librairies ? 



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.