Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

La ville de Paris envisage de fermer ses petites bibliothèques

Clément Solym - 04.10.2012

Edition - Bibliothèques - Ville de Paris - fermeture - établissements


En dépit du fait que l'adjoint à la culture Bruno Julliard avait annoncé en septembre qu'il n'était pas question de fermer les établissements culturels de proximité, le nouveau directeur des affaires culturelles a contredit cette position. François Brouat, au cours d'une rencontre avec les organisations syndicales, a confié étudier actuellement la question du maintien des petites bibliothèques de la capitale. La mairie semble se concentrer sur le développement des nouveaux équipements, rapporte le blog du Syndicat CGT de la Direction des Affaires culturelles de la Ville de Paris.

 

 

 

Alors que le service public fait face à la baisse des budgets culturels, François Brouat a mis les pieds dans le plat : « Il y a débat entre petites et grandes bibliothèques, à mener notamment avec les personnels. [...] des bibliothèques sont vieillottes et pas adaptées. [...] se pose sérieusement la pertinence de maintenir ces petites bibliothèques de quartier. »

 

Contacté par Actualitté, Bertrand Pieri de la CGT a déclaré : « Les propos ont été tenus par le directeur des affaires culturelles en personne. Il y a aujourd'hui 60 bibliothèques dans Paris, ils veulent ouvrir de nouvelles structures, il y a les restrictions budgétaires, et un dilemme auquel ils doivent faire face. Nous avons pu constater des signes avant-coureurs très nets, comme les difficultés de la bibliothèque du Château d'Eau, dans le 10e arrondissement. Mais il ne s'agit pour le moment que de paroles. »

 

La Mairie de Paris, visiblement affairée à préparer le prochain conseil municipal n'a pas répondu aux demandes de précisions.

 

En février dernier, la Mairie de Paris avait de toute manière décidé de multiples coupes dans les budgets des établissements de la capitale. Les coupes drastiques relevées par les syndicalistes de la Direction des Affaires Culturelles s'expliqueraient par les travaux « de construction ou d'aménagement » de trois établissements (Hôpital St Lazare, Porte Montmartre et Zac Pajol) qui « mangent une partie de ce budget (680 000 euros). » 

 

Faux ! clamait alors la CGT, qui précisait que la subsistance de ces trois établissements très gourmands est en fait prélevée directement sur les budgets de fonctionnement des autres bibliothèques, et non sur les budgets d'investissement. À la mairie, on précise que « les 680k€ en fonctionnement » sont alloués « pour les acquisitions dans le cadre de leur préfiguration », et sont donc bien distincts d'un budget d'investissement, de plusieurs millions € comme le souligne l'administration. Du côté du syndicat, « on admire l'artifice comptable » d'une communication très virtuose... (voir notre actualitté)