Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

“La ville de Sevran ne ferme aucune de ses bibliothèques”, jure le maire, sans rassurer

Nicolas Gary - 24.02.2017

Edition - Bibliothèques - ville Sevran bibliothèques - Stéphane Gatignon bibliothèques - fermeture bibliothèques travaux


« Démenti de la municipalité de Sevran », annonce le maire de la ville, Stéphane Gatignon. Et d’ajouter : « Ni 1, ni 2, ni 3, ni 4, la ville de Sevran ne ferme aucune de ses bibliothèques municipales. » La nouvelle est rassurante : le mode de communication, lui, des plus étonnants.

 

sevran

chjmb2000, CC BY SA 2.0

 

 

C’est un démenti formel qui intervient alors que les personnels des établissements de Sevran s’interrogent. Voilà quelques mois, ils ont pu constater que, des travaux s’inscrivant dans le Grand Paris, semblaient menacer deux bibliothèques, Albert Camus et Marguerite Yourcenar. Dans le cadre du projet Sevran Terre d’Avenir, on redoutait la politique de terre brûlée en guise d’avenir.

 

Mais non, rassure la municipalité, qui plutôt que de rassurer les personnels inquiets – et qui ont sollicité à plusieurs reprises les élus – passe par des réseaux sociaux. « Contrairement à ce qui est affirmé par certains, à aucun moment il n’a été envisagé de fermer de bibliothèque à Sevran, que ce soit dans le cadre de la préparation budgétaire ou bien celui des projets urbains », affirme la municipalité.

 

Et d’ajouter que bien, au contraire, « avec l’arrivée de deux stations du métro du Grand Paris et grâce au programme Sevran Terre d’Avenir toutes nos bibliothèques s’ancrent dans un des territoires les plus dynamiques du Nord-Est métropolitain ».

 

Sur le fond comme la forme, le maire ne rassure pas

 

En interne, aucune information n’est parvenue, et les personnels n’ont découvert la communication à midi sur la page Facebook. « Sur la forme, on notera que le courrier n’est pas signé par le maire et qu’il est cavalier de réserver la primeur de cette annonce aux réseaux sociaux », observent les personnels.

 

« Sur le fond, d’autres problèmes se posent : les chiffres budgétaires communiqués sont partiellement faux. Par ailleurs, les syndicats n’ont pas refusé de rencontrer le maire. Cette information est complètement fausse et fera l’objet d’un démenti. Enfin, nulle part la question de la réhabilitation des équipements n’est évoquée. Idem pour les problématiques de personnel. »

 

On assure à ActuaLitté, qu’il faut se réjouir de cette avancée, « mais nous souhaitons une information officielle, et pas un vulgaire message diffusé sur des réseaux sociaux. Et surtout, nous aimerions savoir ce qu’il en est des plans que nous avons découverts, et de ce qu’ils laissent entendre. » [NdR : le communiqué nous est également parvenu par email]

 

Dernièrement, et selon un document dont ActuaLitté a pu prendre connaissance, l’équipe de direction du réseau des bibliothèques de Sevran avait dénoncé la chape de plomb pesant sur la ville.

 

Nous nous interrogeons également sur l’avenir du réseau des bibliothèques sevranaises et notamment l’absence de réflexion quant au devenir des deux équipements attenants aux futures gares du Grand Paris Express. Pourquoi les équipements de lecture publique sont-ils absents du schéma directeur de Sevran Terre d’Avenir ? Pourquoi ne sommes-nous pas associés à la réflexion sur la conception de l’Idea Store du quartier Urb@n? À l’heure où les travaux de construction des gares ont déjà débuté, ces questions ne sont pas illégitimes. Elles suscitent l’inquiétude des professionnels et des usagers et nourrissent des rumeurs contradictoires auxquelles nous sommes dans l’incapacité de répondre, faute d’informations.

 

Le démenti de la municipalité annonce que les bibliothèques ne devraient pas fermer, mais ne conteste en rien la création d’Idea Stores. Alors, est-il possible de confondre les deux ?

 

« De par la mixité sociale et culturelle des publics qu’elles accueillent, les bibliothèques sont les établissements culturels les plus fréquentés par les Français. Il en est de même à Sevran. La commune abrite une population très jeune, malheureusement massivement touchée par le chômage. Dans ce contexte, les réponses apportées aux besoins de formation, d’information et d’éducation des jeunes sont cruciales », rappelait l’équipe de direction.

 

À suivre...