Les libraires s'engagent pour l'accès au livre de tous les citoyens

Antoine Oury - 09.10.2014

Edition - Librairies - EIBF fédération libraires - Union européenne international - Charte du livre


De Francfort : Ce jeudi fut la journée des Déclarations, mais « c'est toujours le cas, à Francfort », souligne une personne bien informée. Après le CNL, qui portait ce matin la Déclaration européenne du Livre, c'est au tour de l'EIBF, fédération européenne et internationale des libraires, de révéler au public sa Charte du Livre, dont l'application sera européenne et mondiale.

 


 

 

Dévoilée aujourd'hui et accessible (en anglais, prochainement dans d'autres langues) sur le site mynextread.eu, la Charte du Livre résume les revendications des libraires d'Europe et du monde, à l'attention des autorités nationales et supranationales, telle la Commission européenne. La seconde phase de l'opération sera le relais et l'implication des associations de libraires au niveau national, dans les prochains mois, mais rien n'est encore défini.

 

Au rang des revendications, la Charte rappelle que le souci premier de l'industrie du livre « est d'améliorer continuellement l'accès des consommateurs aux livres, quel que soit le format que les lecteurs choisissent ». Le texte implique toute la chaîne du livre — auteurs, éditeurs, libraires, distributeurs, agents, bibliothécaires — et souligne qu'un travail commun est nécessaire pour garantir la liberté d'accès au livre. Le texte insiste particulièrement sur les bibliothèques et les librairies, « lieux privilégiés de découverte de nouveaux livres pour les consommateurs ».

 

La Charte rappelle aux pouvoirs publics deux principes qui sont, d'après la fédération, constitutifs de l'accès aux livres : « des fonds publics pour soutenir les bibliothèques publiques » et « une politique de concurrence équitable entre les commerces ».

 

À ce titre, le texte est relativement inédit — même si les revendications sont connues — puisqu'il présente les libraires et les bibliothécaires comme des collègues, y compris dans l'environnement du livre numérique. « Depuis des siècles, la vente et le prêt de livre ont coexisté et se sont même renforcés l'un l'autre, au bénéfice de la société et des lecteurs », rappelle la Charte.

 

Au rayon des revendications, on retrouve en effet la concurrence saine et équilibrée, par des « politiques commerciales imposant des droits et des devoirs égaux à tous les détaillants », mais aussi « un taux de TVA réduit ou nul sur tous les formats du livre ». Sans oublier l'interopérabilité, une revendication de longue date de la Fédération européenne et internationale des libraires.

 

L'EIBF souligne également l'importance des modes d'accès autres que l'achat : « emprunter, louer ou avoir un accès temporaire », en précisant cependant : « dans le respect intégral des droits et du rôle de tous les membres de la filière du livre ». Le droit d'auteur est donc au centre de la vision du livre incarnée par la Charte.

 

Nous publierons prochainement un entretien avec les nouveaux coprésidents de l'EIBF, autour de cette Charte.

 

 

  la Charte du LivreFRFD V2.pdf by ActuaLitté