Laurent Ségalat, un homme au parcours sans faute

Clément Solym - 30.05.2012

Edition - Justice - laurent - segalat - procès


Alors que le procès de Laurent Ségalat se poursuit au Tribunal criminel de Renens, près de Lausanne, de nombreux témoins sont venus à la barre brosser le portrait d'un homme droit, calme et n'ayant pas de conflits avec la victime, sa belle-mère décédée en janvier 2010 dans des conditions suspectes.

 

Celui qui devait reprendre l'importante librairie de son père, Roger-Jean Ségalat, spécialisée dans les livres anciens à Lausanne comparait comme principal accusé de la mort de sa belle-mère Catherine. Chercheur au CNRS à Lyon, spécialisé dans la génétique il avait rejoint la Suisse, au moment des faits, pour entamer sa reconversion professionnelle.

 

De nombreux anciens collègues sont venus témoigner en faveur de Laurent Ségalat, écartant d'emblée la figure d'un homme qui serait intéressé par l'argent. Bien au contraire. Il était droit et mettait d'abord en avant sa liberté avant de se soumettre pour des considérations matérielles.