LBD 2020, la revue contestataire qui a secoué le FIBD

Antoine Oury - 31.01.2020

Edition - Société - FIBD 2020 - LBD 2020 - macron fibd


FIBD 2020 — Cette édition 2020 du Festival international de la bande dessinée aura été contestataire, plus que jamais. Par les mobilisations des auteurs, ce vendredi 31 janvier, bien sûr, mais aussi tout au long de l’événement : quelques heures avant la venue d’Emmanuel Macron à Angoulême, des affiches ont fleuri dans la ville, affichant « LBD 2020 », plutôt que « BD 2020 », au-dessus de personnages éborgnés…


Dessin de Witko (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 

Un simple selfie aura suffi à rendre l’image célèbre : le Fauve d’Angoulême, mascotte du festival, porte un sparadrap sur un oeil ensanglanté, sous le slogan « LBD 2020 ». Cette illustration, signée par Loïc Sécheresse, a été créée pour le journal contestataire LBD 2020, distribué gratuitement dans les rues d’Angoulême depuis le début du festival.

Dans les 16 pages de la revue, d’autres illustrations tout aussi marquantes, qui en choqueront sans doute certains : elles n’épargnent ni la police, ni les différentes figures politiques, en particulier Emmanuel Macron et Christophe Castaner.

FIBD 2020
Dans les pages de LBD 2020 (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


L’initiative a vu le jour au sein d’un groupe Facebook, intitulé Autrices Auteurs en Action, un mouvement spontané né très rapidement, sans lien avec les organisations syndicales ou professionnelles. 800 inscrits et une pétition publiée dans le journal Libération plus tard, le groupe s’est fait connaitre en proposant un boycott de plusieurs événements culturels en 2021, si le rapport Racine n’est pas suivi d’effets.

« Au sein de ce groupe, les plus radicaux, ceux qui voulaient sortir de la problématique bande dessinée pour parler du gouvernement, des violences policières et plus largement de la politique, ont proposé LBD 2020 », nous explique JC Menu, membre du comité de rédaction de la revue. « Nous nous sommes retrouvés à 7 dans le comité, nous avons fait un appel à projet et en une semaine nous avons bouclé un 16 pages, imprimé en offset à Angoulême en 3000 exemplaires et distribué gratuitement. » 

JC Menu - FIBD 2020
JC Menu, lors d'une assemblée générale d'auteurs à Angoulême (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


Un geste contestataire nécessaire, pour l’ensemble du comité de rédaction et la trentaine d’auteurs qui ont participé à la revue, réunis sous le nom « Section Patachon ». « J’en avais assez des artistes isolés des autres manifestants, des gilets jaunes et autres. Au sein du groupe AAA, certains n’étaient pas d’accord pour le Fauve éborgné, ils pensaient que cela allait brouiller le message. Nous, nous avons voulu aller plus loin, parler des violences policières, car l’état de droit est bafoué, violé par le président », affirme JC Menu.
 

Une initiative d'auteurs pour les citoyens


Dans la nuit de mercredi à jeudi, et peu avant l’arrivée d’Emmanuel Macron, des affiches reprenant les illustrations se sont retrouvées dans les rues d’Angoulême, en guise de comité d’accueil. « La majorité a été enlevée très rapidement », constate Nikola Witko, auteur résidant à Angoulême, qui a pu coordonner plus facilement des actions. « Au départ, le groupe AAA ne voulait porter que les droits des auteurs, nous avons jugé qu’il se passait des trucs plus graves. »
 


À Angoulême, Witko a croisé la route du groupe Initiatives Citoyennes du Grand Angoulême (ICGA), qui publie le journal Le réveil citoyen. Créé il y a un an et demi pour réunir Gilets Jaunes et autres contestataires, le groupe accueille tous les citoyens, évoque la politique, l’actualité sociale, l’écologie et l’environnement dans sa revue. Et s’est joint à l’initiative, en distribuant des illustrations de LBD 2020 aux visiteurs du FIBD et en ouvrant une cagnotte au profit des auteurs.

FIBD 2020
Sur le stand de l'IGCA (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 

Tout le FIBD aura été traversé par les manifestations, dans une ambiance parfois tendue. « La situation a empiré depuis l’élection de Macron. Il y a 5 ans, j’étais à Angoulême après le massacre de Charlie Hebdo, on est passé depuis de “Je suis Charlie” et du soutien à la liberté d’expression à quelque chose de plus menaçant, des lois de surveillance des réseaux sociaux, la police partout, des journalistes emprisonnés, un délit de participer à une manifestation… Il était temps que les auteurs s’y mettent », tranche JC Menu.
 


La venue d’Emmanuel Macron à Angoulême aura été marquée par une photographie, apparue sur les réseaux sociaux : le chef de l’État y apparait derrière un t-shirt LBD 2020, tout sourire, aux côtés de l’auteur Jul, après un déjeuner entre auteurs, éditeurs et Macron. « Il y a eu des débats sur le groupe quant à aller à ce déjeuner, cette photo est la preuve qu’il ne fallait pas y aller. Jul se retrouve sur le même plan que Macron, derrière cette image, avec le même sourire : ça veut dire qu’ils sont dans le même camp. Et ce matin, je vois mon ex-camarade Trondheim à ses côtés en une de la Charente Libre, je suis furieux. Ce genre de posture brouille notre message », estime JC Menu.

FIBD 2020
Angoulême un matin, pendant le FIBD (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 

Les avis du comité de rédaction ne diffèrent pas tellement : « La réunion de travail, le jeudi matin [avec Franck Riester et des auteurs, NdR], était utile, le déjeuner [avec Emmanuel Macron] était putassier », souligne à son tour Nikola Witko.

Mise à jour 02/02/2020 :

Loïc Sécheresse, auteur de la fameuse image du Fauve éborgné, nous a contacté pour préciser que « chacun lutte depuis sa place, avec ses propres moyens ». Il est également membre du comité de rédaction de la revue LBD 2020.

Dossier : Le FIBD d'Angoulême 2020, l'édition de la contestation sociale


Commentaires
Taguer est toujours dégueulasse, quel que soit les revendications que l'on porte...
je voudrais savoir si jul va mettre son tee shirt LBD 2020 en vente après une promo de notre président; j'ai défilé avec mon tee shirt "je suis Charlie" sans problème, j'espère que je pourrais défilé avec celui de Jul avec le même succès.

Merci à tous les dessinateurs pour une démocratie moins tyrannique.

J'espère ne pas aller en garde à vue pour ce message
des excuses et une pension pour les victimes, dans un état de droits
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.