Le 23e Goncourt des lycéens suit de près l'Académie

Clément Solym - 07.09.2010

Edition - Société - goncourt - lyceens - lecture


Alors que le grand Goncourt a hier été dévoilé, le petit Goncourt, l'autre, mais sans hiérarchie d'importance, a également débuté son parcours.

Pour l'édition 2010, on prend donc les mêmes et l'on recommence, mais cette fois avec 2000 lycéens qui participent et vont lire les 14 romans retenus par l'Académie. Le tout organisé en partenariat avec la FNAC et l'Éducation nationale. « En deux mois, 2 000 jeunes, âgés de 15 à 17 ans, en classe de seconde, première, terminale ou BTS, généralistes, scientifiques ou techniques, vont lire cette sélection, en plus de leur activité scolaire habituelle », précise le communiqué.

Et alors que le grand Goncourt sera connu le 8 novembre prochain, le petit Goncourt sera dévoilé le lendemain, à Rennes. Et comme chaque année, on prend les mêmes que ceux de la sélection de l'Académie, et on recommence, pour donner une nouvelle chance aux maisons et aux auteurs d'obtenir un prix.

L'an passé, Bernard Pivot et Luc Chatel avaient rendu visite au lycée Sophie Germain, dans le IVe arrondissement, pour évoquer ce prix et le travail du critique littéraire.


Bernard Pivot, Luc Chatel Christophe Cuvilier (patron de la FNAC), Goncourt des lycées 2009

Petit rappel de la liste des nominés :

  • Olivier Adam pour Le coeur régulier (L'Olivier)
  • Vassilis Alexakis pour Le premier mot (Stock)
  • Thierry Beinstingel pour Retour aux mots sauvages (Fayard)
  • Vincent Borel pour Antoine et Isabelle (S. Wespieser), déjà Prix Virgin
  • Virginie Despentes pour Apocalypse bébé (Grasset)
  • Marc Dugain pour L'insomnie des étoiles (Gallimard)
  • Mathias Enard pour Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants (Actes Sud)
  • Michel Houellebecq pour La carte et le territoire (Flammarion), malgré l'avis de Tahar Ben Jelloun ?
  • Maylis de Kerangal pour Naissance d'un pont (Verticales)
  • Patrick Lapeyre pour La vie est brève et le désir sans fin (P.O.L)
  • Fouad Laroui pour Une année chez les Français (Julliard)
  • Amélie Nothomb pour Une forme de vie (Albin Michel)
  • Chantal Thomas pour Le testament d'Olympe (Seuil)
  • Karine Tuil pour Six mois, six jours (Grasset)