Le Belge D'Ieteren rachète 41 % de Moleskine : un carnet la diversification

Clément Solym - 30.09.2016

Edition - Economie - rachat Moleskine carnets - Belge Ieteren luxe - industrie investissements


La prise de participation à la hauteur de 41 % cans la société Moleskine, n’est pas passée inaperçu. Le Belge, importateur et revendeur de voitures de luxe, D’Ieteren, a décidé de parier sur la papeterie. 

 

 

 

Si les 41 % sont fermes, et d’ores et déjà actés, la société Moleskine, basée à Milan, peut encore s’attendre à ce que D’Ieteren formule une offre pour les 59 % restants. De quoi modifier ostensiblement l’orientation de la société spécialisée dans les carnets qui font rêver ceux qui pensent devenir le prochain Hemingway, ou le nouveau Picasso (oui, on sait que ce n'est qu'un argument marketing)...

 

Cependant, selon les analystes, D’Ieteren est dirigée par une famille qui dispose d’un certain sens du commerce, à même d’entretenir une vision à long terme. Cette avancée dans le monde des carnets est la première tentative de diversification de leurs activités – ils sont aujourd’hui les premiers revendeurs Volskwagen dans le pays, mais également propriétaires du plus grand fabricant au monde de verre pour les réparations automobiles.

 

Un mouvement économique qui pourrait être perçu comme une action à contre-courant, et perturber quelque peu le marché. L’offre formulée valorise l’ensemble de la société à 510 millions €.

 

Fondée en 1997, Moleskine est connu avant tout pour ses carnets, et ses déclinaisons de produits autour de la papeterie. « Une marque porteuse d’un style de vie ambitieux a été construite et c’est quelque chose que nous souhaitons pousser à un plus haut niveau » assure Axel Miller, directeur exécutif de D’Ieteren, cité par Reuters.

 

Les investisseurs ont cependant rapidement interrogé cette décision – et plus encore la possibilité d’un rachat total...