Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le bénéfice chute chez Amazon, avec une bibliothèque en croissance

Clément Solym - 26.04.2013

Edition - Economie - résultats financiers - Amazon - bibliothèque Kindle


Dans son dernier communiqué, Jeff Bezos, s'adressant à ses actionnaires, tenait à rassurer tout le monde. Avec des ventes qui ont progressé de 22 %, pour 16,07 milliards $ durant le premier trimestre en regard de l'an passé. Mais parallèlement, le bénéfice d'exploitation a diminué de 6 %, avec 181 millions $, contre 192 millions $ l'an passé.

 

 


 

 

Bezos pointe évidemment l'impact défavorable du taux de change, qui a frappé le bénéfice net, avec une diminution de 37 %, soit 82 millions $ durant ce même premier trimestre. 

 

Ce qui est intéressant, c'est que la bibliothèque Kindle Owners' Lending Library a dépassé les 300.000 titres que les clients Premium peuvent emprunter mensuellement. Or, dans une lettre à ses actionnaires, Bezos avait expliqué que durant l'année passée, plusieurs millions de dollars avaient été investis dans ce segment pour « faire en sorte que la saga Harry Potter soit disponible dans cette sélection ». Car la majorité de l'offre est actuellement composée de titres autoédités. 

 

Pour mémoire, les auteurs indépendants qui souhaitent prendre part à ce programme sont ainsi rémunérés à chaque fois que le livre est emprunté par un client. Et pour le mois d'avril, c'est un million de dollars qu'Amazon a mis de côté pour les régler des prêts réalisés. 

 

En mars 2013, 1,94 $ a été versé pour chaque ebook emprunté, ce qui fixe grosso modo à 500.000 prêts l'ensemble de la campagne. Un peu mieux que ce qui avait été réalisé en février 2012, avec 437.000 ebooks. 

 

Cela dit, en contrepartie, Amazon réclame une exclusivité auprès des auteurs pour prendre part à ce programme. 

 

Ce principe d'articuler les ventes de livres numériques autour des auteurs indépendants est désormais un mouvement essentiel dans l'industrie américaine, tant du côté des éditeurs que de celui des ebookstores. William Lynch, PDG de Barnes & Noble, l'assurait en décembre dernier : « La clef du commerce du Nook est de continuer à faire croître les ventes de contenus numériques. » Et de considérer que la croissance ne pouvait venir que de ce secteur. 

 

D'ailleurs, le concurrent d'Amazon a récemment mis à jour son service PubIt, destiné aux indépendants, en créant un outil plus simple et plus efficace pour les auteurs : Nook Press. « Nook Press offre également aux auteurs de grandes possibilités de commercialisation et un accès instantané à des rapports détaillés sur les ventes, ce qui rend plus facile que jamais d'élargir son lectorat et de vendre des ouvrages autoédités », expliquait la firme.

 

Selon le libraire, 20 % d'auteurs indépendants chaque trimestre viennent grossir les rangs, avec 24 % de nouveaux titres en plus chaque trimestre. 

 

En parallèle, notons qu'Amazon a diffusé hier une mise à jour de l'application Kindle pour Android, passant en version 4.0. La bibliothèque a été repensée avec un carrousel mettant les ouvrages récents en avant. La navigation a également été repensée pour rendre l'accès aux livres et magazines plus rapide. L'application est disponible sur le Google Play Store.