Le blog de l'écrivain américain Dennis Cooper remis en ligne par Google

Antoine Oury - 31.08.2016

Edition - International - Dennis Cooper - blog Google suppression - blog Dennis Cooper Google


Le calvaire de l'écrivain américain Dennis Cooper est terminé : fin juin 2016, son blog, véritable recueil de textes, de correspondances, de photographies et d'expérimentations à base de GIF (notamment), se retrouvait fermé par Google et réduit à une page 404. Aucune explication n'avait été avancée, et l'auteur se retrouvait bien dépourvu, perdant là environ une décennie de travail. Presque deux mois après, la situation est désormais résolue.

 

Google China

(photo d'illustration, Cory M. Grenier, CC BY-SA 2.0)

 

 

« Je suis très, très heureux de vous annoncer que le long cauchemar de 2 mois impliquant Google s'est enfin terminé » : Dennis Cooper ne cache pas son soulagement, dans un post à rallonge publié sur sa page Facebook le 26 août dernier. Depuis le 27 juin 2016, son blog affichait simplement le message suivant : « Nous sommes désolés, le blog à l’adresse denniscooper-theweaklings.blogspot.com a été supprimé. »

 

 

Comme il le détaille sur Facebook, Dennis Cooper dispose maintenant d'une nouvelle adresse pour son site web, http://www.dennis-cooper.net/, qui lui permet de s'affranchir de la plateforme Blogger qu'il utilisait jusqu'à présent. Bien sûr, la migration ne se fait pas toute seule : l'écrivain a récupéré ses archives, mais il faudra encore qu'il ajuste, corrige et complète les différents posts pour redonner une forme convenable à son site web.

 

Cooper a également récupéré toute sa correspondance, ainsi que l'ouvrage en GIF qu'il avait écrit et composé, Zac's Freight Elevator, qui sera disponible en téléchargement gratuit en novembre prochain, explique l'écrivain.

 

Au moment de la fermeture des accès à son blog, Dennis Cooper essayait désespérément de savoir pourquoi Google, qui gère le service Blogger, avait fermé son compte. « Toujours pas de réponse de Google. Aujourd'hui, un avocat français m'a proposé son aide et essaiera d'obtenir une réponse de leur part », expliquait encore l'écrivain le 8 juillet dernier.

 

Avec la restitution de ses données, Cooper a obtenu une explication de la part des services de Google : la fermeture de son compte serait liée à une opération que l'auteur avait mené en 2006. Cooper avait demandé à ses lecteurs de lui faire parvenir des photos qu'ils trouvaient « sexy » : si certains contenus étaient tout ce qu'il y a de plus visibles, d'autres étaient évidemment érotiques, voire pornographiques. 

 

Au moment de la mise en ligne des clichés reçus, Denis Cooper avait pris soin de les héberger sur une page externe à son blog, vers laquelle il avait placé un lien avec un avertissement quant à l'aspect pornographique des éléments. Sauf qu'un visiteur, passé par là, aurait signalé la page pour hébergement de contenus pédopornographiques. Denis Cooper assure qu'il n'aurait jamais mis en ligne ce type de contenus, mais pour Google, le mal était fait.

 

Au cours des discussions entre avocats, Cooper a successivement réclamé de pouvoir voir l'image litigieuse, d'obtenir un accès à son blog afin de la supprimer, ou encore de pouvoir accéder à son compte afin d'exporter ses données, sans succès. D'après l'écrivain, c'est bien la mobilisation de ses lecteurs, mais aussi du PEN International, organisation engagée pour la défense de la liberté d'expression, qui a payé.

 

La question, c'est surtout de savoir combien de blogs ferment ainsi, sans jamais s'ouvrir à nouveau, par manque de soutien de la communauté internationale...