Le Bonus Cultura amputé de 100 millions € en Italie... ou pas ?

Nicolas Gary - 06.05.2019

Edition - Economie - Bonus Cultura Italie - coupe budgétaire - gouvernement adolescents Italie


La semaine passée fut des plus houleuses pour les industries culturelles italiennes. En effet, un décret signé ce 2 mai prévoyait une coupe de 100 millions € — ratifié par le président de la République et publié au Journal officiel. Avec pour conséquence que le fameux Bonus Cultura — une offre de 500 € à dépenser en produits culturels — soit sanctionné d’autant.

La Pimpa
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

La précédente loi de finances avait déjà amputé de 50 millions € la cagnotte, et sur les 290 millions € prévus pour les adolescents italiens de 18 ans, c’est donc plus de la moitié de la somme qui s’envole. « C’est un pays qui s’éteint, qui devient barbare, qui se referme sur lui-même », peut-on lire sur la pétition immédiatement déclenchée en ligne. 

Et d’ajouter que les bénéficiaires nés en 1999 avaient dépensé plus de 192 millions €, dont 133 millions € pour des livres, contre 162 millions € dépensés par ceux nés en 1998. En somme, le Bonus Cultura fait son chemin dans les mentalités et les usages. 

 

“Une véritable erreur”


Pour le président de l’association des éditeurs italiens, cette coupe budgétaire supplémentaire de 100 millions € représente « une véritable erreur ». Ricardo Franco Levi se disait en effet « incrédule » face à une pareille sanction. « En une nuit, 100 millions € destinés à la culture se sont évanouis », déplore-t-il. 

« Le Bonus Cultura a aidé les familles italiennes, démontrant qu’il s’agissait d’un investissement utile, qui a largement contribué à la croissance du pays, et en particulier au secteur du livre. » Et ce, alors que le ministre du Patrimoine et des activités culturelles, Alberto Bonisoli est actuellement en train de négocier avec l’interprofession en vue de réviser les pratiques et peut-être même la législation qui encadre la vente de livres.

Le message politique semble pour le moins paradoxal — ajoutons que l’Italie sera l’invité d’honneur du salon du livre de Paris en 2020, un autre investissement significatif. Et pourtant, fin novembre 2018, le gouvernement italien avait déjà mis en péril cette mesure de soutien… et c’est ce même Alberto Bonisoli qui avait envisagé que l’on révise le principe du Bonus Cultura. 

« Je ne pense pas que donner de l’argent aux jeunes pour acheter de la musique et des livres serve beaucoup. Au contraire, j’estime que l’on devrait plutôt investir dans une meilleure manière d’améliorer l’enseignement, la relation à la culture », avait-il relevé. Provoquant par la même occasion une solide levée de boucliers.

Rappelons que sur l’ensemble des sommes dépensées pour le livre, les jeunes italiens s’étaient avant tout fourni en manuels scolaires pour l’université — achetant les titres obligatoires dans le cadre de leur formation. Couper cette manne reviendrait à un retour en arrière, imposant des contraintes économiques, partiellement levées, aux futurs étudiants.

« Pour cela, il est plus que jamais nécessaire de soutenir la demande en matière de biens culturels exprimée par les Italiens », poursuivait Ricardo Franco Levi dans un communiqué. « Nous sommes certains que le ministre Bonisoli, le gouvernement et le Parlement dans leur ensemble trouveront les moyens pour reconstituer l’intégralité de cette somme. »
 

Circulez, y'a rien à commenter...


Le mouvement de contestation largement relayé dans la presse — la pétition n’ayant reçu que 1750 signatures après son lancement – aura pu toucher les politiques. En effet, le binôme gouvernemental Luigi Di Maio et Matteo Salvini a finalement fait machine arrière. 

En effet, les ministères de l’Économie, Laura Castelli, et de la Culture, Alberto Bonisoli, ont tenu à rassurer tout le monde. Les enfants nés en 2000 qui doivent bénéficier de cette aide ne seront absolument pas victime d’une coupe. 

Tous deux ont fourni les assurances qui, temporairement du moins, ont rassuré les éditeurs italiens : les 100 millions € ne disparaitront pas, promis-juré. Le fonds serait en effet réaffecté sous quelques semaines, le calendrier a déjà été mis en place. En somme, aucune inquiétude ?

Pour mémoire, ce projet de Bonus Cultura avait été instauré par Matteo Renzi alors Premier ministre, et fut repris par Emmanuel Macron candidat à la président en France. Son déploiement est actuellement en cours sur le territoire. 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.