Le “boom” de l'audiolivre résonne à la Foire du Livre de Londres

Antoine Oury - 12.03.2019

Edition - Les maisons - livre audio - edition audiolivre - foire livre londres


LBF 2019 — Six années de croissance à deux chiffres aux États-Unis, une dynamique à peine moins importante au Royaume-Uni : les marchés de l'édition, dans les territoires anglophones, mais aussi en Europe, accueillent avec un plaisir non dissimulé le retour en grâce du livre audio. La Foire du Livre de Londres, qui accorde de plus en plus de place au format, est revenue sur cette croissance éditoriale hors normes.

Livre audio
(photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


Exit le livre numérique, l'avenir est au livre audio : la Foire du Livre de Londres, qui a inauguré cette année un séminaire consacré à ce format, s'est penchée sur la croissance continue que connait ce produit éditorial pas vraiment récent, mais adopté ces dernières années par un tout nouveau public. Longtemps cantonné à la jeunesse, le livre audio voit désormais ses ventes, aux États-Unis, réalisées à 75 % par la fiction et à 25 % par la non-fiction.
 

L'audiolivre n'est plus un format secondaire


Depuis 2013, outre-Atlantique, le livre audio vit un âge d'or : de 24.305 titres publiés en 2013, on passe à 42.960 en 2016, pour atteindre les 46.089 en 2017. « Désormais, le livre audio n'est plus un format secondaire, il est inclus dans les contrats dès leur signature », souligne Amanda D’Acierno, présidente et éditrice au sein de la filiale audio du groupe Penguin Random House, aux États-Unis.

La principale explication à l'adoption massive du livre audio se trouve dans l'équipement disponible : les smartphones, des lecteurs qui sont déjà dans toutes les poches, permettent désormais d'emporter avec soi des heures de lecture à voix haute. D'autres appareils, comme les « enceintes intelligentes » (les fameux smart speakers d'Amazon, Google et consorts) « représentent une part importante de l'usage, plus de 20 %, déjà, malgré une apparition récente », note Michele Cobb, directrice de l'association britannique des éditeurs de livres audio.

Au Royaume-Uni également, le livre audio s'impose comme le format éditorial à la croissance la plus rapide. La hausse des ventes s'établit à 13 % par rapport à 2017 et à 87 % par rapport à 2014. Les usages en développement réservent parfois des surprises : les éditeurs ont ainsi découvert que les auditeurs utilisaient le livre audio comme un moyen de détente, voire une opportunité pour reposer ses yeux, sans rien faire d'autre. 71 % des auditeurs le font à la maison, devant les 69 % qui profitent d'un trajet en voiture pour écouter un livre audio.

Une utilisation à mille lieues du multitasking [faire plusieurs choses en même temps, NdR] souvent mis en avant dans les campagnes de promotion pour les versions audio des ouvrages. « À présent, nous mettons aussi l'accent sur la détente, en faisant du livre audio une sorte de récompense après une longue journée de travail », commente Mary Beth Roche, éditrice et présidente de Macmillan Audio.
 

Capter l'écoute des auditeurs


La croissance d'un marché, surtout lorsqu'elle est aussi spectaculaire, multiplie la concurrence : de nombreuses sociétés de production ont inauguré des studios d'enregistrement à tour de bras, confirme Brad Rose, vice-président responsable des contenus pour Midwest Tape, hoopla digital et Dreamscape Media. Dans les pays anglophones, des narrateurs de livres audio gagnent à présent leur vie de cette seule activité, et se sont parfois équipés d'un home studio pour enregistrer à domicile.

Le phénomène audio gagne même l'autopublication, avec des auteurs indépendants qui enregistrent eux-mêmes leurs versions audio, font appel à des fournisseurs de services ou ont encore recours à des voix de synthèse — la solution la moins coûteuse, mais la moins confortable. Amazon, toujours à l'affût des nouveaux usages, a même monté une plateforme, ACX, pour mettre en relation narrateurs et auteurs indépendants.

Les auteurs tendent l'oreille eux aussi, même s'ils ne sont pas utilisateurs de livres audio : un narrateur chevronné pourra devenir leur partenaire dans une tournée de dédicaces, et ainsi participer à animer et rendre plus attractive une rencontre avec des lecteurs. Bien entendu, pour les éditeurs, s'offrir les services d'un narrateur prestigieux, le plus souvent un comédien ou une comédienne, peut générer un surplus d'intérêt pour un livre.
La surproduction guette-t-elle le livre audio ? Pas encore, mais apporter les titres aux auditeurs peut s'avérer difficile, lorsque les nouveautés pleuvent. Les éditeurs doivent alors rivaliser d'ingéniosité, du podcast maison au sponsoring d'un marathon, pour proposer des extraits gratuits de livres audio aux sportifs, pendant leur entrainement. Un partenariat avec une société de location de véhicules peut aussi permettre de faire connaitre le format audio et un de ses usages...

En attendant une adoption plus massive en France, où le format a été mis en avant par différents groupes éditoriaux, de Gallimard à Editis en passant par Actes Sud et Hachette, c'est aussi la multiplication des services d'achat, de consultation en streaming et de prêt, « qui donnent la possibilité aux auditeurs de picorer, selon leurs envies et leur budget », qui a permis à l'usage de passer le mur du son.

Retrouver nos articles sur la Foire du Livre de Londres 2019


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.