Le boom de l'autoédition en 2012

Julien Helmlinger - 12.10.2013

Edition - Economie - Autoédition - Statistiques - Bowker


En marge de la Foire du livre de Francfort, Bowker vient de publier les résultats d'une étude menée en relevant tous les numéros ISBN émis en 2012 par le secteur de l'autoédition, et qui met en relief le boom de la pratique éditoriale sur le territoire des États-Unis. Avec la romance et la fiction littéraire en tête, les livres auraient été plus de 391.000 a avoir été produits par ces bricoleurs émergents de l'édition. Ce qui représenterait 59 % de hausse en comparaison à 2011, et non moins de 422 % en regard de 2007.

 

 

 Sans l'autoédition, des livres resteraient dans l'ombre

Creative Commons (cc by 2.0)

 

 

Des chiffres qui englobent des ebooks également publiés en papier, mais font l'impasse sur les livres sans ISBN. Une exclusion de centaines de milliers de titres, dont de nombreux par l'intermédiaire de la boutique Kindle d'Amazon, et qui suggère en conséquence que l'augmentation pointée sous-estime la taille réelle du secteur de l'édition américaine. 

 

Selon l'expert en autoédition de Bowker, Beat Barblan, cette croissance refléterait un regain de professionnalisme des auteurs autopubliés. L'enquête indique que 71 % des livres autoédités auraient été achetés par des femmes, titres issus de la catégorie romance avant tout, suivis par la fiction littéraire.

 

Barblan explique : « La compréhension du processus de publication par les auteurs et leurs attentes quant à la qualité des éléments tels que la mise en forme, la conception de la couverture et des métadonnées ont été conséquemment aiguisées au cours des 12 à 18 derniers mois. »

 

 

Sur l'année 2012, plus de 80 % des numéros ISBN autoédités auraient été produits via seulement huit plateformes majeures. Au rang de ceux qui ont connu les plus importantes progressions d'une année sur l'autre on retrouve le CreateSpace d'Amazon, devant Smashwords, Lulu et, en quatrième position Author Solutions de Random House.

 

Selon The Guardian, à Francfort les représentants de grandes maisons d'édition se trouvaient dans le public de la scène dédiée à l'autoédition. Ils auront ainsi pu entendre les auteurs expliquer que la première raison qui les pousse à procéder sans éditeur, concerne les difficultés à se publier.