“Le Brexit serait une catastrophe pour l'industrie du livre britannique”

Cécile Mazin - 02.03.2016

Edition - International - politique union européenne - brexit sortie UE - livres industrie


Le Brexit, pour British Exit, désignant le départ de la Grande-Bretagne de la zone euro, poserait un sérieux souci... à l’industrie du livre. Denis MacShane, homme politique et ancien ministre européen, sous Tony Blair, met en garde tout le secteur. D’autant plus qu’en qualité d’auteur, il redoute cette menace bien réelle. 

 

#DS106 Creativity Portal

Giulia Forsythe, CC BY SA NC 2.0

 

 

Après une carrière politique accompagnée de parutions d’ouvrages, MacShane considère avoir « très modestement » vendu, mais beaucoup parlé des thèmes politiques européens et internationaux. Rester ou ne pas rester dans l’Union est une question délicate, mais sa réponse est sans appel : « Le Brexit serait bien entendu une catastrophe pour l’édition britannique. »

 

Grâce au marché unique, les éditeurs disposent d’un terrain de vente de 500 millions de personnes habituées à lire et à respecter les livres. Si les citoyens eux-mêmes perdront le droit de voyager et se déplacer librement à travers l’Europe, il en ira de même pour les livres. 

 

« Dans l’ensemble, les règles sur le copyright et les paiements d’auteurs sont plus strictes partout ailleurs dans l’UE que chez nous. Le Prix unique du livre en France et le système de Preisbindung dans le monde germanophone peuvent ne pas être au goût des ultras fanatiques d’un marché libre. Mais je suis disposé à sacrifier un peu de l’idéologie néo-libérale en échange de bons livres, publiés et en vente dans les petites villes, même dans les villages, au-delà de la Manche. »

 

Il revendique également une amitié avec un éditeur français, qu’il a poussé à acheter la biographie de Boris Johnson sur Winston Churchill (ed. Stock). Que le Royaume-Uni opte pour l’isolement, et toute l’industrie perdra en vigueur...

 

(via The Bookseller)