Le café-librairie Calibou & Co brasse un très large public

Auteur invité - 09.01.2018

Edition - Librairies - café librairie Calibou - Godewaersvelde librairie café - bière whisky librairie


Installé depuis cet été sur la place de Godewaersvelde, dans les Monts de Flandres, le café-librairie Calibou & Co invite tous les publics à se rassasier aussi bien de livres que de boissons. 


Comment favoriser la fréquentation et la mixité sociale dans une librairie ? La solution imaginée par Myriam Tiberghien et Gérard Lefebvre, c’est l’ouverture d’un café-librairie en milieu rural. Un concept qu’ils ont rencontré pour la première fois lors de vacances en Bretagne, il y a quelques années. Et ils sont immédiatement tombés sous le charme.

 


Calibou & Co : Myriam Tiberghien et Gérard Lefebvre 


 

« À l’époque, nous étions tous les deux salariés d’une association de protection de l’environnement à Lille et nous avions le sentiment d’avoir fait le tour », raconte Myriam Tiberghien. Après avoir pris quelques années pour mûrir leur projet, ils se sont lancés et c’est ainsi que le café-librairie Calibou & Co a ouvert ses portes en juillet dernier, à Godewaersvelde. 
 

Au cœur d’un ancien café 
 

Ce concept étant encore peu développé dans les Hauts-de-France, c’est auprès de libraires bretons que ces deux ex-Lillois ont précisé leur projet : « Il existe trente à quarante cafés-librairies en Bretagne. Avant de nous lancer, nous en avons rencontré une dizaine », sourit Myriam Tiberghien. De quoi bien définir les contours de leur établissement : « Nous ne voulions pas d’une librairie avec un salon de thé, mais bien d’un vrai café licence IV : notre but est que les publics se mélangent », résume la gérante.

Et pour s’en assurer, c’est dans les 140 m2 d’un ancien café Française des Jeux que Calibou s’est installé : « Ce café fonctionnait encore quand nous l’avons racheté, en janvier dernier. » L’achat des murs a été financé par la revente de leur maison lilloise et la société, par un emprunt bancaire. « Nous avons eu du mal à trouver une banque. Certaines nous ont dit non tout de suite, d’autres n’ont jamais répondu ou ont changé d’avis à la dernière minute... », soupire la gérante.

Le projet Calibou a fini par trouver gain de cause auprès de la Nef, une banque spécialisée dans le financement de projets d’économie sociale et solidaire. « Sans eux, nous n’en serions pas là », souligne Myriam Tiberghien. Calibou a également bénéficié d’une aide régionale au développement de points de vente de livres en zone rurale, d’un financement FISAC et d’une aide des Clubs Cigales de Bailleul et Hazebrouck. 
 

Des livres d’occasion à dévorer autour d’un café 


Après cinq mois de travaux, l’ancien café a fait peau neuve, sans toutefois perdre son âme. À peine la porte d’entrée franchie, le visiteur est accueilli par l’imposant bar qui a conservé sa place, non sans avoir été revêtu de bois. Quelques tables sont occupées. Il est possible de commander toutes les boissons habituelles des cafés, mais aussi de la restauration simple, comme des tartines et bientôt des soupes et des salades.

À côté de cette première pièce, s’étend l’espace librairie. « Nous avons essayé d’effacer un maximum la frontière entre ces deux espaces », souligne Myriam Tiberghien. Près de 1 000 livres sont exposés sur des tables, près de la vitrine ou au centre de la pièce. D’autres attendent sagement les lecteurs sur des étagères. Au fond de cette pièce, un petit espace cosy accueille un canapé et des rayonnages dédiés aux livres d’occasion. Seuls ces derniers, vendus en moyenne un euro, peuvent être consultés gracieusement durant la dégustation d’une boisson, contrairement aux livres neufs.

La libraire s’en amuse : « Comme ce concept de café-librairie est peu connu dans la région, nous devons expliquer aux visiteurs que nous ne sommes pas une bibliothèque. Les livres neufs sont là pour être achetés, pas pour être lus le temps d’un café ou d’une bière... » Une troisième pièce s’étend discrètement derrière ces deux premières : elle accueillera dans quelque temps des animations comme des concerts de groupes locaux, des ateliers d’écriture, des dédicaces d’auteurs locaux, des soirées de dégustation de bières ou de whiskys, etc. 



 

Maintenir un équilibre entre les deux activités 


Avec quelque 1 000 livres en rayons, le café-librairie ne dispose pas de stock. « En revanche, nous prenons beaucoup de commandes par téléphone ou directement en boutique : c’est un service qui est très apprécié par les clients », note la gérante. Calibou pourrait compter à terme 2 000 livres, mais aucun calendrier n’est arrêté : « Notre objectif, c’est qu’aucune des deux activités ne prenne le pas : nous voulons réaliser 50 % du chiffre d’affaires avec les livres et 50 % avec le café », explique-t-elle.

Et d’ajouter : « Un des cafés-librairies que nous avons vus en Bretagne a mis dix ans pour atteindre cet équilibre. Disons que, pour commencer, l’activité café nous laisse une marge que n’ont pas les autres librairies... » Les gérants espèrent atteindre d’ici trois ans un rythme de croisière, avec un chiffre d’affaires d’environ 150 000 euros, ce qui leur permettrait de vivre tous les deux de ce café-librairie.

Après les premiers mois, les choses semblent toutefois bien parties selon Gérard Lefebvre : « Sur le mois de septembre, nous avons réalisé 40 % de l’activité avec la librairie, 50 % avec le café et 10 % avec le reste. » Car Calibou a d’autres petites activités : « Nous sommes Relais-Poste pour toute la commune et nous avons aussi une épicerie de dépannage : ce n’était pas prévu au départ, mais il y avait une véritable attente dans le village », commente la gérante. 
 

Le café-librairie multiplie ainsi les portes d’entrée et a réussi en peu de temps à se faire une place dans le centre-ville de Godewaersvelde : « On nous avait dit : des Lillois dans les Flandres, mes pauvres, vous allez voir... », sourit Myriam Tiberghien. Pourtant, les habitués du café sont restés, « nous en avons peut-être perdu quelques-uns en cessant l’activité Française des Jeux, mais pas l’essentiel », note la gérante. Elle rit : « Ces premiers clients ne croyaient pas du tout à l’activité librairie. Et puis on a fini par voir arriver une autre population, qui ne venait pas au café auparavant, mais qui était intéressée par la lecture ».

Calibou profite par ailleurs d’un positionnement idéal, au pied de chemins de randonnée : « Les jours de soleil, la moitié de notre clientèle est belge ! », se réjouit la libraire. Quelques Anglais sont parfois de passage, aussi, dans ce café-librairie auquel aucun public ne semble décidément résister. 

Café librairie Calibou & Co

1 Rue de Boeschepe,
59270 Godewaersvelde
sur Facebook

Élodie Soury-Lavergne

 

en partenariat avec le CRLL Nord Pas de Calais


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.