Le Centre national du livre, “bras armé de l’État, au service du livre”

Nicolas Gary - 21.01.2019

Edition - Société - Centre national livre - Vincent Monadé voeux - libraire auteur éditeur


« Travailler dans le livre est une sinécure, vous le savez tous. » Introduction sans manière, souriante, alors que le président du Centre national du livre présentait ses vœux à l’interprofession. Auteurs, éditeurs, libraires, organisateurs de manifestation, personne – les bibliothèques, la distribution, la diffusion mises à part – ne manquait à l’appel.

Vincent Monadé
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

Alors, oui, le monde du livre est malmené. On songe en effet à « l’ingratitude des foules qui ne comprennent pas que ce livre génial dans lequel nous avons tout mis, sur lequel nous avons tout misé, est un chef d’œuvre qui mérite la gloire et le succès. Et qui se vendra à 800 exemplaires. »

Mais plus sérieusement, le livre « demeure le lieu de l’intelligence et du débat [...] choses qui manquent aujourd’hui ». Et chacun, à sa mesure, œuvre « pour ce qui est plus grand que nous, les livres ». 
 

Auteurs, éditeurs : du pain et des planches


Le CNL, point de convergence des professionnels du livre, portera le fer cette année encore là où c’est nécessaire. Pour les auteurs, un soutien de 3 millions € sera établi, ainsi qu’une nouvelle grille de tarification des rencontres. Une priorité, pour ces 3 prochaines années, car « nous ne pouvons pas nous permettre que le premier maillon de la chaîne qui nous unit soit dans la difficulté ».

Côté éditeur, le Centre entend travailler au développement des ventes de droits à l’étranger et l’audiovisuel, en collaboration avec le Syndicat national de l’édition. À Angoulême sera inauguré un marché des droits dont la superficie a été triplée, avec le soutien de la région. 
 
Aux côtés du Bureau international de l’édition française, il souhaite amplifier le travail conduit pour développer l’export de la BD aux États-Unis. La bande dessinée qui fut, en 2018, le secteur le plus dynamique de toute l’industrie. Pour ce faire, on songe à des centres de vente de droits dans les manifestations dédiées à l’audiovisuel, afin de percer sur de nouveaux marchés.

Autre innovation : en 2019, les aides de l’établissement seront ouvertes au livre audio.
 

Librairie, contre la concurrence, l'expérience


Côté libraire, la rénovation des magasins et la formation seront des enjeux primordiaux. « Les libraires sont menacés par la concurrence déloyale, encore déloyale, toujours déloyale des GAFA, devant une exigence de qualité de service inédite », insiste le président du Centre.

Or, l’avenir de la librairie ne sera pas borné à l’animation : « La proposition à faire doit être une expérience : elle doit justifier la venue dans le magasin. Totale, de l’accueil à l’assortiment, du conseil à l’innovation, de la beauté du lieu à l’animation. »
 

Des financements nouveaux...


Après 72 années d’accompagnement des métiers du livre, dont cinq pour Vincent Monadé à la tête de l’établissement, la symbiose des métiers et de l’économie sera fondamentale. Raison pour laquelle il rassure également sur la budgétisation de l’établissement. 

« Le CNL n’a jamais été indépendant », rappelle-t-il. Aussi, le passage de son financement dans le budget de l’État, et non plus à travers des taxes devenait fondamental. « Le Centre doit être le bras armé de l’État, au service du livre. »

Tout le monde est heureux de tourner la page de 2018, « qui ne restera pas comme un grand millésime pour le livre ». Les raisons conjoncturelles existent, indéniables. Cependant « la question centrale restera de définir la place accordée à la lecture dans notre société ».

... une même mission réitérée

Si les études montrent que même chez les jeunes la place symbolique du livre reste forte, le temps qu’on lui consacre au quotidien ne cesse de reculer : loisirs, réseaux sociaux, jeux vidéo, séries... L’offre culturelle s’accroît, « à notre détriment ».

C’est ici que le plaidoyer répété toutes ces années revient, que la lecture soit une grande cause nationale : « Je rêve, de même qu’on nous rabâche de manger 5 fruits et légumes par jour, qu’un jour nous puissions marteler à notre tour que la lecture est essentielle, qu’elle conscientise, qu’elle émancipe et qu’elle libère. » Les chantiers sont devant nous. 
Quant à sa propre reconduction à la tête du Centre, pas de nouvelles. « Les institutions sont plus grandes que ceux qui les dirigent. L’essentiel, c’est le Centre national du livre, c’est pour lui qu’il faudra se battre, car c’est là qu’est la seule grandeur. »


Commentaires
« Je rêve, de même qu’on nous rabâche de manger 5 fruits et légumes par jour, qu’un jour nous puissions marteler à notre tour que la lecture est essentielle, qu’elle conscientise, qu’elle émancipe et qu’elle libère. » Les chantiers sont devant nous.

Et bien moi pas. Je rêve que la littérature excite le désir et ne soit pas réduite à faire l'étal des marchés. La littérature n'est pas un besoin primaire. Notre corps s'en fout pas mal. Les bienfaits de la littérature c'est avant tout qu'elle verticale, qu'elle fait pousser l'homme de la terre au ciel, et pour moi qui suis un adepte du roman noir, que parfois, elle le fasse pousser du ciel à la terre.



« Les institutions sont plus grandes que ceux qui les dirigent. L’essentiel, c’est le Centre national du livre, c’est pour lui qu’il faudra se battre, car c’est là qu’est la seule grandeur. »

C'est exactement l'inverse. La seule grandeur est dans celui qui s'élève contre l'institution. L'institution ruine toute ambition humaine. Le mot même d'institution fige les sentiments.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.