Le CFC passe la barre des 50 millions €, avec un nouveau président

Cécile Mazin - 21.07.2014

Edition - Economie - CFC - président comité - nominations


Le Centre Français du droit de Copie vient d'annoncer la nomination d'un nouveau président de son comité, Arnaud Robert, ainsi que plusieurs autres, découlant de l'Assemblée générale en date du 26 juin dernier. La présidence du Comité est assurée par rotation, chaque trois ans, par le président de l'un des trois collèges, auteurs et société d'auteurs, éditeurs de livres et éditeurs de presse.

 

 

 

À l'occasion de la réunion du 17 juillet, le changement de présidence a été acté, avec la nomination d'Arnaud Robert, directeur juridique de Hachette Livre, et présent au comité depuis 2011. Il succède ainsi à Charles-Henry Dubail, gérant du groupe Victoires Éditions. 

 

Madame Mahin Bailly, directrice générale du Pôle éducation chez Albin Michel, remplace Guillaume Dervieux, directeur général de la même maison, pour la présidence du groupe des éditeurs. Isabelle André, PDG du Monde Interactif remplacera, par cooptation Christophe Victor, directeur général du groupe Les Echos, qui avait posé sa démission.

 

Pour l'année 2013, le CFC note une augmentation de 7,4 % de ses recettes, à 50,09 millions € « Cette hausse des redevances est due au maintien des droits perçus pour la reprographie (+ 3 %), à la nette augmentation des redevances perçues au titre des copies numériques professionnelles (+ 16,5 %) et à la très forte progression des perceptions au titre de la part de rémunération pour copie privée qui revient aux éditeurs de presse », souligne le communiqué du CFC. 

 

Par ailleurs, on souligne l'engagement de la structure autour de dossiers internationaux, comme  la proposition de Directive européenne relative à la gestion collective (adoptée en février 2014), « sur laquelle le CFC a travaillé en étroite collaboration avec ses homologues européens, en particulier dans le cadre de l'IFRRO (International Federation of Reproduction Rights Organisations) en permettant de faire évoluer le texte initial présenté en 2012 ». 

 

Enfin, deux nouvelles nominations interviennent, celle de Yann Gilbert, directeur des ventes numériques au Nouvel Observateur, comme représentant du collège des éditeurs de presse, et celle de Maurice Botbol, gérant d'Indigo Publications, dans le même collège.