Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le chanteur s'éteint, mais Everybody knows Leonard Cohen

Nicolas Gary - 11.11.2016

Edition - International - Leonard Cohen mort - poète chanteur Suzanne - décès artiste Hallelujah


Une voix grave et caverneuse, des textes ciselés, de plus en plus murmurés avec le temps : la mort de Léonard Cohen laissera tous ces souvenirs intacts. La famille du chanteur a annoncé son décès sans détails superflus : à 82 ans, c’est une autre légende de la musique qui part, en cette année 2016.

 

 

 

Affirmer que Cohen était un virtuose ne dit finalement que trop peu de son talent. Poète, auteur, chanteur et artiste, le Canadien fit ses premiers pas dans la musique aux côtés d’autres futures légendes comme Bob Dylan, Joni Mitchell ou encore Joan Baez. Des chanteurs qui firent émerger une musique comme l’on n’en avait jamais encore entendu.

 

Poète ayant à peine rencontré un succès d’estime, Leonard Cohen trouva dans la musique un nouveau départ. Parmi ses premières chansons, So long Marianne ou Suzanne, figureront longtemps au Panthéon et bien d’autres, reprises par des générations d'artistes, lui donnèrent une renommée internationale. On peut penser évidemment au Like a Bird on a Wire ou plus encore à l'Hallelujah, que Jeff Buckley rendra plus émouvante encore. 

 

« Avec une profonde tristesse, nous faisons part du décès du légendaire poète, auteur, compositeur et artiste, Leonard Cohen. Nous avons perdu l’un des visionnaires les plus connus et prolifiques de la musique »

 

 

Ce décès est plus brutal encore, que Cohen avait publié son dernier album, You Want It Darker, fin octobre. D’aucuns y voyaient déjà un testament musical autant que littéraire. Mais le chanteur s’était contenté d’une boutade de plus : « J’ai dit que j’étais prêt à mourir. J’espère que ce n’est pas trop inconfortable. » Et à l’occasion de la sortie de cet album, voici qu’il revenait sur son propos, estimant qu’il avait fortement exagéré. « J’ai toujours été dans une dramatisation personnelle. En réalité, je compte vivre éternellement. »

 

Soixante années d’une carrière fabuleuse, quelques récompenses pour jalonner un magnifique parcours... Cohen fit paraître son premier recueil de poèmes, Let Us Compare Mythologies en 1956. Il en composera trois autres avant de quitter Montréal où il avait étudié pour New York, en 1966, afin de poursuivre une carrière de compositeur.

 

Ses titres ne connurent pas les sommets des charts, et son dernier album gardera un goût d’inachevé. Au cours de différentes interviews, le chanteur avait assuré qu’une partie du travail réalisé pour You Want It Darker était inachevé. Mais que, certainement, il n’aurait pas le temps de finir les chansons. 

 

<

>

 

 

Bob Dylan, récemment récompensé par le prix Nobel de littérature, expliquait : « Son don, ou son génie, réside dans sa connexion avec la musique des sphères. Hallelujah entre en résonnance avec moi. Là encore, c’est une mélodie magnifiquement construite, qui monte, évolue, se replie, tout cela dans un temps rapide. Ce sont toutes de grandes chansons, profondes et toujours véridiques, multidimensionnelles, étonnamment mélodiques, et qui vous font penser et ressentir. »

 

Quant à cette réputation d’homme à femmes, Cohen n’a cessé de répéter que ce n’était qu’une blague. « Cela m’a fait amèrement rire, durant les 10.000 nuits que j’ai passées seul. » Probablement ses deux plus belles chansons, Suzanne et So long Marianne ont aidé à se forger de lui l’image d’un amant, poète et attentionné. Probablement plus qu’une image...

 

 

On pourra retrouver une multitude d’ouvrages, biogrpahies, essais ou textes personnels, publiés en français. Notamment Le livre du désir, poèmes traduits par Jean-Paul Liégeois , Jean-Dominique Brierre et Jean-Paul Vassal. Il rassemble deux cents poèmes d'humour, d'amour et de désir en vers et en prose, abondamment illustrés par l'auteur. D'une grande puissance d'évocation, les textes disent avec une douce ironie la solitude, l'esclavage, le déchirement entre désir de chair et désir d'absolu.

 

Aux prises avec les désagréments physiques de l'âge et le souvenir nostalgique d'un amour enfui, le poète y chante sa quête de bonheur et d'harmonie.

 

L'œuvre poétique et musicale de Leonard Cohen a touché des générations, le grand public comme des grands artistes qui n'ont jamais cessé de reprendre ses plus belles chansons. Il distillait sa poésie avec élégance et tendresse, portée par une voix sombre et profonde reconnaissable entre toutes. Son dernier album est le témoignage bouleversant d'un homme se sachant proche de la mort. Artiste légendaire, spirituel et engagé, son élégance n'avait d'égal que sa délicatesse. Audrey Azoulay

 

« Tous mes écrits ont des guitares en fond », disait-il, même pour parler de ses romans. C’est d’ailleurs dans un de ces livres de 1963, The Favorite Game, qu’un de ses personnages donne toute la mesure de son art poétique : « Je veux toucher les gens comme un magicien, les changer ou les blesser, laisser mon empreinte, les rendre plus beaux. »

 


Pour approfondir

Editeur : Balland
Genre : autobiographies...
Total pages : 224
Traducteur :
ISBN : 9782940556410

Léonard Cohen ; le chant d'une vie

de Rasky, Harry(Auteur)

"Harry, c'est Leonard. Je voulais juste que tu saches que j'ai regardé ton film sur moi et je me suis aperçu qu'à l'époque je ne t'avais pas assez remercié, c'est un cadeau magnifique que tu m'as fait avec ce film." Prolongeant le film documentaire The song of Leonard Cohen, ce livre est un portrait intime de l'homme qui se cache derrière le célèbre auteur-compositeur et interprète. Seule une longue amitié pouvait ainsi décrypter les nombreuses influences qui ont forgé le poète : sa ville, ses poèmes, ses chansons,

J'achète ce livre grand format à 18 €