Le chiffre d'affaire de Penguin Random House recule de 10 % au 1er semestre

Nicolas Gary - 31.08.2016

Edition - Economie - Penguin Random House - Bertelsmann chiffre affaires - Markus Dohl audiobooks


Les deux géants de l’industrie de l’édition, Penguin et Random House, appartiennent respectivement à Pearson et à Bertelsmann. Avec la présentation des résultats financiers du second, on en apprend un peu plus sur la santé du groupe PRH.

 

Penguin Random House - Frankfurt Buchmesse 2015

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Avec un chiffre d’affaires en recul de 0,9 %, à 7,97 milliards €, le groupe allemand Bertelsmann a dégagé une croissance organique de 1,3 %, pour le premier semestre, indique un communiqué de presse. Toutefois, son résultat affiche des bénéfices de 805 millions € contre 670 millions € sur la même période l’an passé (avant impôt). 

 

Concernant PRH à proprement parler, le groupe indique avoir placé 316 titres sur la période dans le classement des meilleures ventes établies par le New York Times. Et 59 d’entre eux ont occupé la première place. Les deux titres de Jojo Moyes, Me before you et After you, totalisent par ailleurs 3,8 millions d’exemplaires vendus. 

 

En matière de numérique, PRH « poursuit son extension avec un catalogue supérieur à 115.000 titres ». Cependant, le groupe parle d’une baisse attendue des ventes d’ebooks aux États-Unis et au Royaume-Uni. Très discrètement, on évoque « les nouvelles conditions générales de vente au détail », sans apporter plus de précisions. 

 

Le groupe Hachette, en présentant ses résultats financiers du quatrième trimestre 2015, avait été autrement plus clair. La société soulignait le retour des ventes de livres imprimés « au détriment des ebooks, en raison, notamment, de l’entrée en vigueur des nouvelles conditions contractuelles avec Amazon ». 

 

Or, c’est bien avec la mise en place du nouveau modèle de contrat d’agence, et la hausse du prix de vente des livres numériques, que l’on a assisté à une diminution du chiffre d’affaires. L’intérêt des lecteurs pour ce format était donc limpide : payer moins cher, pour lire plus...

 

Penguin Random House prend une claque numérique

 

Pourtant, le PDG de PRH, Markus Dohle, estime que ces baisses numériques ne sont pas si terrifiantes, parce que dans le même temps, les résultats de l’audiobook sont sur « une trajectoire favorable ». Et d’ajouter : « Ce qui est aussi gratifiant, c’est la force et la stabilité de nos ventes de livres physiques. Vous vous souviendrez que nous n’avons jamais cru les pessimistes qui médisaient sur l’avenir de l’impression. Au lieu de cela, nous avons soutenu que l’impression serait toujours une part importante, même quand le numérique aurait grandi. » (via Bookseller)

 

Penguin Random House affiche une diminution de 10,7 % de son chiffre d’affaires, à 1,5 milliard €, contre 1,7 milliard l’an passé – bien que les ventes stables des livres physiques aient compensé les pertes. Dans le même temps, on souligne une fois de plus la croissance du format audio pour le premier semestre, salutaire. 

 

Pour le CEO, Thomas Rabe, les six premiers mois de l’année sont globalement positifs pour Random House, attendu que toutes les divisions ont correctement joué leur rôle. « C’est le meilleur résultat d’exploitation dans l’histoire de Bertelsmann, une forte rentabilité pour nos entreprises, et une amélioration considérable du bénéfice qui nous rend confiants pour l’ensemble de l’année », assure-t-il.

 

Toutefois, le groupe enregistre une hausse des ventes et une croissance en termes de parts de marché pour l’Espagne, avec PRH Grupo Éditorial, qui compense « la dégradation des conditions économiques en Amérique latine ».