Le Clézio prend la plume pour disqualifier Millet

Clément Solym - 06.09.2012

Edition - Société - Clézio - millet - Anders


On savait déjà que Jean-Marie Gustave Le Clézio et Richard Millet étaient loin d'être les meilleurs amis du monde. On sait à présent que le torchon brûle entre ces deux plumes. C'est sans doute ce qui a poussé Le Clézio à sortir de son silence en signant une tribune publiée ce jeudi dans le Nouvel Observateur.

 

Et, le moins qu'on puisse dire, c'est que le prix Nobel 2008 ne mâche pas ses mots à l'encontre de Millet qui a publié, en appendice à l'essai Langue fantôme, un « Eloge littéraire d'Anders Breivik » aux éditions Pierre-Guillaume de Roux.  

 

L'auteur de Désert se demande ainsi « Au nom de quelle liberté d'expression, à quelles fins, ou en vue de quel profit un esprit en pleine possession de ses moyens (du moins on le suppose) peut-il choisir d'écrire un texte aussi répugnant ?», rapportent nos confrères de Bibliobs.