Le Clézio prend la tête du classement des meilleures ventes avec « Ritournelle de la faim »

Clément Solym - 09.11.2008

Edition - Les maisons - Ritournelle - de - la


Sorti à point nommé, le dernier ouvrage de Jean-Marie Gustave Le Clézio se vend comme des petits pains, à croire que tout a parfaitement été synchronisé… En même temps qu’il recevait le Prix Nobel de littérature, l’auteur avait la bonne idée de publier un nouveau livre qui serait certainement passé bien plus inaperçu sans la récompense…

Ritournelle de la faim est un livre proche de l’autobiographie. Il met en scène cette mère rentrée en France dans les années 1930, qui a assisté à la première du Boléro de Ravel, une musique, qui a changé sa vie. Le Boléro n'est pas une pièce musicale comme les autres. Il est une prophétie. Il raconte l'histoire d'une colère, d'une faim. Quand il s'achève clans la violence, le silence qui s'ensuit est terrible pour les survivants étourdis.

Sur la deuxième place du podium, c'est le gallois Ken Follett qui s’installe avec Un monde sans fin (il faudra, quant à vous, tourner pas moins de 1300 pages pour arriver à la fin…). Son premier roman, publié voilà trente ans avait consacré l’auteur comme le roi du roman d’espionnage. Les suivants ne démentirent pas cette maîtrise et furent traduit dans une vingtaine de pays.

A la troisième place, on remarque l’arrivée d’Où on va, papa, de Jean-Louis Fournier qui vient de recevoir le Prix Fémina. L’ouvrage est déjà présent depuis sept semaines dans la tête du classement. Il n’a donc pas fallu attendre l’obtention d’un prix pour que l’auteur soit remarqué par le public…Au sein de son ouvrage, l’auteur parle de ses deux enfants handicapés mais sur un ton qui tranche.