Le CNL, "un équilibre entre les professionnels et représentants de l'État"

Clément Solym - 03.12.2014

Edition - Société - Centre national livre - journal officiel - Manuel Valls


Très attendue, la modification des statuts du Centre national du livre vient d'être actée par le décret 2014-1435 du 1er décembre. Son entrée en vigueur s'est opérée le 2 décembre, et introduit, nous explique le président de l'établissement, Vincent Monadé, « une répartition plus équitable entre les professionnels et les membres de l'administration, ainsi que les élus ». 

 

 

Andrei Kourkov à la librairie Le Divan (Gallimard)

Rencontre Hors les murs avec Andrei Kourkov - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Le décret va apporter plusieurs changements dans le fonctionnement de l'établissement public. Ainsi, il « modifie la composition du conseil d'administration et les pouvoirs du président de l'établissement et crée un collège des présidents des commissions spécialisées. Par ailleurs, il prévoit l'organisation d'un débat stratégique annuel. Enfin, il modifie le régime applicable aux aides versées par l'établissement. »

 

On notera tout particulièrement l'introduction d'un député, ainsi que d'un sénateur, au sein du conseil d'administration. De quoi apporter une meilleure présence au CNL dans les Chambres. Mais également le fait que, désormais, le Centre devient un lieu ouvert à l'édition, dans son plus vaste ensemble. Ainsi, il se doit « d'offrir à tous les professionnels et amateurs du livre imprimé et numérique un centre permanent de rencontres et de dialogues ». 

 

En accordant de la sorte une place tant aux œuvres imprimées que numériques, et à la création, de toute sorte, le Centre conforte sa place d'établissement au cœur de l'industrie du livre. Et dans le même temps, les statuts expriment également « une volonté de démocratiser son fonctionnement, en intégrant des représentants de l'État, des élus », souligne Vincent Monadé. 

 

Voir sur Légifrance