"La librairie, un lieu de vie avec des clients au centre des attentions"

Nicolas Gary - 17.09.2014

Edition - Librairies - Comptoir mots - Renny Aupetit - clients lecteurs


Dans quelques semaines, la librairie Le comptoir des mots, située dans le XXe arrondissement, soufflera 10 bougies. Un prétexte saisi au vol pour rappeler quelques éléments simples : « Si la librairie existe, c'est qu'elle a des clients », insiste Renny Aupetit, son directeur. Et pour les 10 prochaines années, ils trouveront une place toute particulière, au centre même de la librairie.

 

 

Librairie Le comptoir des mots

ActuaLitté CC BY SA 2.0

 

 

En librairie, on flâne, on vient trouver ce que l'on ne cherche pas, mais on manque parfois d'espace et de confort pour en profiter. Pour pallier ce manque, un espace symbolique a été monté : une petite estrade, baptisée Coin lecture, avec deux sièges. Simple, presque symbolique, mais sur cette scène, la librairie veut placer bien plus que huit pieds. 

 

« Les libraires ont suggéré la création de cet endroit, pour que nos clients puissent bouquiner, que l'on a accompagné de cette mise en scène, avec des rideaux, comme pour un théâtre. » S'ils ont préféré ne pas être photographiés, plusieurs clients étaient installés quand nous sommes arrivés, et un jeune garçon nous précise : « C'est confortable, et puis je suis mieux assis. » Indiscutable.

 

L'espace sert également à l'accueil d'auteurs : sous peu, une poursuite avec un projecteur sera installée, et tout l'établissement dispose déjà de solutions pour effectuer des captations vidéo de qualité lors des rencontres. L'ensemble des librairies du réseau Librest, réunissant plusieurs librairies de l'Est parisien, profite d'ailleurs de cette solution. « Nous pouvons déplacer les tables, agrandir l'espace, et les auteurs sont plus visibles pour l'ensemble des personnes qui viennent aux rencontres. Cela donne plus de convivialité, sur l'instant et par la suite, quand les entretiens sont vus, après un véritable montage, sur internet. »

 

« La librairie, c'est ce que je crois, a besoin de travailler l'intérieur de ses magasins, d'en faire de véritables lieux de vie, où les gens peuvent s'asseoir, et se sentir au centre des attentions. »

 

 

Loin d'une simple anecdote, c'est un travail quotidien d'amélioration de la vie, à l'intérieur du lieu. « Comment se différencier, alors que le prix des livres est fixé, que les remises le sont également ? Notre capital, ce sont les libraires. » Et dans la même logique, les ordinateurs ont été relégués dans un espace administratif. « Voir un libraire avec le nez dans son écran, durant dix minutes, c'est donner le message que le client peut faire cela tout seul, chez lui. »

 

Une solution qui prolonge la collaboration entre les libraires du réseau Librest, qui parviennent à échanger les livres d'un établissement à l'autre, pour simplifier la vie des clients.

 

L'autre opération qui sera menée dans les prochains temps s'articule autour d'une forme de book-crossing. « Notre travail, c'est de recommander des livres aux lecteurs, et en 10 ans, nous y sommes certainement parvenus [sourire]. Maintenant, nous allons leur proposer de puiser dans la librairie, sur nos tables, et de nous recommander des livres, qui seront placés dans un endroit bien particulier de notre librairie. » 

 

Librairie Le comptoir des mots

Le frigo, qui accueille la littérature érotique, bientôt l'objet de toutes les découvertes

ActuaLitté CC BY SA 2.0

 

 

Cette table constituée par des lecteurs, devenus en quelque sorte prescripteurs, s'articulera en effet autour du célèbre frigo, installé depuis les premiers temps dans la librairie. « De quoi permettre à d'autres personnes de découvrir les livres, et en même temps, aux libraires, de se souvenir d'ouvrages, nouveautés, ou fonds, dont nous sommes dépositaires. »

 

Mettre le client au centre de l'activité, par ces deux biais, reflète surtout un état d'esprit et une vision même du métier. « La librairie, c'est ce que je crois, a besoin de travailler l'intérieur de ses magasins, d'en faire de véritables lieux de vie, où les gens peuvent s'asseoir, et se sentir au centre des attentions. » 

 

Et la scène fait déjà recette : accompagnée d'un petit écriteau, elle incite les passants à rentrer, « et cela nous permet de jouer notre rôle. Ce qui fait le sel de la librairie, c'est l'humain. Et si nous souhaitons que des lecteurs nous rendent visite, nous devons leur offrir une vraie différence, par rapport aux grandes surfaces et internet ». Solliciter, interroger, interagir, en somme, « s'intéresser à eux, plus qu'avec un message de type “Seule la carte bleue compte" ».